COVID-19 et impression 3D de matériel médical

Un réseau mis sur pied par l’ÉTS, le CHUM, le CRCHUM et le CIUSSS NIM

10 avril 2020
visieres covid ets
Un premier lot de visières fabriquées par l'ÉTS et des citoyens a déjà été livré au CHUM.

Pour appuyer le milieu hospitalier dans sa lutte contre la COVID 19, des chercheurs de l’École de technologie supérieure (ÉTS), du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) et du CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Montréal (CIUSSS NIM) s’unissent aux équipes cliniques du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) et du CIUSSS NIM pour proposer un service d’impression 3D de matériel médical et non médical dont le personnel soignant a besoin. 

La mobilisation de cette équipe – qui a déjà permis la livraison de 1000 visières au personnel soignant du CHUM – vise à arrimer les besoins en matériel du milieu hospitalier aux infrastructures d’impression 3D existantes. 

jacques de guise ETS
Jacques A. de Guise, professeur au Département de génie des systèmes, fait partie de l'équipe de coordination.

L’équipe crée des prototypes et imprime du matériel ainsi que des équipements de protection pour pallier les besoins hospitaliers, et ce, jusqu’à ce que les fournisseurs habituels puissent subvenir à la demande. Son objectif : fabriquer rapidement des visières, des écouvillons utilisés pour dépister la COVID-19, des adaptateurs pour des filtres de masques de protection et pour des connexions aux respirateurs, ainsi que des tentes de protection pour la chirurgie. 

« Nous pouvons actuellement concevoir un minimum de 500 visières par jour. Notre équipe suit les recommandations de Santé Canada pour la production du matériel, en plus d’avoir établi des liens avec le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) afin de s’assurer de bien répondre aux besoins du réseau hospitalier », explique Jacques A. de Guise, professeur à l’ÉTS et chercheur au CRCHUM. La capacité de production pourrait s’accroître au fil des jours avec la collaboration de partenaires industriels, d’entreprises d’économie sociale du réseau des fab labs et living labs ainsi que celle de citoyens et d’étudiants possédant des imprimantes 3D. Une cinquantaine d’entre eux appuient déjà l’équipe sur une base volontaire (voir liste partielle plus bas). 

François DeBlois, chef du service de physique en radio-oncologie au CHUM. 

Une collaboration espérée qui se reflète bien dans l’état d’esprit et le nom de ce regroupement québécois unique en son genre : Covi3d pour « Création ouverte et vivante en impression 3D ».

Afin de fabriquer ces équipements de protection ainsi que ce matériel médical et non médical, l’ÉTS met à la disposition de ses partenaires du CHUM et du CIUSSS NIM des imprimantes 3D, des matériaux de même que du personnel spécialisé, tel que des ingénieurs, des techniciens et des étudiants. 

Au CHUM, François DeBlois et Stéphane Bedwani, tous deux physiciens médicaux et chercheurs au CRCHUM, offrent leur expertise et les services du Carrefour d’impression 3D en santé, qui répond normalement aux besoins de leur département de radio-oncologie et d’autres secteurs de l’hôpital. Du personnel spécialisé, dont des ingénieurs et des techniciens, veille au déroulement des opérations.

" Je trouve extraordinaire que toute cette communauté scientifique québécoise combine ainsi ses forces en impression 3D. Dans un esprit collaboratif et ouvert, elle se mobilise pour équiper les équipes soignantes sur le terrain et lutter contre la COVID-19 », explique François DeBlois, chef du service de physique en radio-oncologie au CHUM. 

« Cette initiative est le résultat d’une collaboration fructueuse entre les secteurs recherche et médical au sein de trois grandes institutions, et nous en sommes très fiers », ajoute Daniel Sinnett, directeur de la recherche, de l’enseignement et de l’innovation du CIUSSS NIM.

L’équipe Covi3D

L’équipe multidisciplinaire instigatrice du projet est coordonnée par :

  • Stéphane Bedwani, physicien médical au CHUM et chercheur au CRCHUM;
  • François DeBlois, physicien médical au CHUM et chercheur au CRCHUM;
  • Jacques A. de Guise, professeur au Département de génie des systèmes à l’ÉTS et chercheur au CRCHUM;
  • Kathy Malas, adjointe au président-directeur général - Innovation et intelligence artificielle au CHUM. 

Participants :

  • Sophie Lerouge, professeure au Département de génie mécanique (ÉTS) et chercheuse (CRCHUM);
  • Vladimir Brailovski, professeur au Département de génie mécanique (ÉTS) et chercheur (CIUSSS NIM);
  • Yvan Petit, professeur au Département de génie mécanique (ÉTS) et chercheur (Centre de recherche CIUSSS NIM);
  • Éric Wagnac, professeur au Département de génie mécanique (ÉTS) et chercheur (Centre de recherche du CIUSSS NIM);
  • Lucas Hof, professeur du Département de génie mécanique (ÉTS).
     

Le réseau citoyen qui appuie l'ÉTS dans la fabrication et la distribution du matériel

Le réseau citoyen est composé à l'heure actuelle d'une cinquantaine d'étudiants et de professeurs ainsi que d'entreprises et de personnes du grand public. Il est impossible de nommer toutes les personnes qui participent de près ou de loin à ce projet, mais parmi eux :

  • Étudiants, professeurs et personnel de l'Université Concordia
  • Étudiants, professeurs et personnels de l'Université de Montréal
  • Étudiants, professeurs et personnel de Polytechnique Montréal
  • Étudiants, professeurs et personnel de l'ÉTS
  • Citoyens qui collectent le matériel aux différents points de chute désignés 
  • Et plusieurs autres! 

Nous tenons à les remercier pour leur appui!

Vous souhaitez participer? 
Écrivez à : covi3d

Renseignements :
Service des communications ÉTS
Chantal Crevier
514 396-8800, poste 7893

Toutes les nouvelles