Mohamed Cheriet a dirigé l’équipe IEEE ICT Emissions

Une toute première norme pour calculer en temps réel la quantité de polluants émise par les TIC 

8 mai 2020
mohamed cheriet ets
Mohamed Cheriet.

La toute première norme visant à calculer en temps réel la quantité de polluants émise par les technologies de l’information et de la communication (TIC) vient de voir le jour grâce aux travaux de l’équipe IEEE ICT Emissions, dirigée par Mohamed Cheriet, professeur au Département de génie des systèmes, de l’École de technologie supérieure (ÉTS). Chapeautée par l’IEEE Standards Association (IEEE-SA), cette équipe regroupait des chercheurs de différents horizons et de différents pays.

Une grande partie des polluants générés par les TIC durant leur cycle de vie est liée à leur consommation électrique. Le consommateur n’en est pas conscient, mais les sources utilisées pour produire de l'électricité varient constamment au fil du temps. L'électricité consommée le matin peut provenir d’une source différente de celle du soir. De plus, certaines sources sont plus polluantes que d’autres. Avant la création de cette nouvelle norme, les principales méthodes de calcul de l'empreinte carbone et des émissions de GES évacuaient ces facteurs importants que sont le temps et la localisation. 

À compter de maintenant, la norme Method to Calculate Near Real-Time Emissions of Information and Communication Technology Infrastructure (IEEE 1922.2-2019) –  qui a été homologuée en avril dernier par l’organisme IEEE-SA après deux ans de travail –, permettra de calculer la quantité de polluants émise par les TIC où qu’elles soient dans le monde, en tenant compte à la fois de leur source d’alimentation électrique et du moment de la journée où elles fonctionnent.  

« Cette norme arrive à point nommé : les TIC sont responsables de 4 % des gaz à effets de serre (GES) produits par l’activité humaine, soit un peu plus que l’industrie aéronautique mondiale. Et bien qu’elles émettent également des GES et d’autres types de polluants, aucune ligne directrice ou règle officielles ne permettaient jusqu’à maintenant de mesurer en temps réel la quantité de polluants qu’elles produisent », conclut Mohamed Cheriet.

A moyen terme, cette norme permettra d’orienter le marché des TIC vers des solutions technologiques moins polluantes et, par le fait même, de réduire la quantité de polluants qu’elles émettent. Rappelons que le recours aux télécommunications, aux centres de données et aux périphériques croît de façon exponentielle. À titre d'exemple, les entreprises de télécommunications comptent désormais parmi les plus gros consommateurs d’énergie. 

Pour en savoir plus sur la norme :
Method to Calculate Near Real-Time Emissions of Information and Communication Technology Infrastructure (IEEE 1922.2-2019)

À propos de Mohamed Cheriet 

Membre senior du IEEE et président du comité Green ICT du même organisme,  Mohamed Cheriet est, depuis 1992, professeur au Département de génie des systèmes de l’ÉTS. En plus de ses fonctions de professeur, Mohamed Cheriet est également directeur général du Centre interdisciplinaire de recherche en opérationalisation du développement durable (CIRODD) – Regroupement stratégique du FRQNT-, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la durabilité écologique d'Eco-Cloud et directeur du Laboratoire Synchromedia de communication multimédia en téléprésence, dont il est aussi le fondateur. Ses recherches portent principalement sur le cloud computing et la virtualisation des réseaux, ainsi que l’Intelligence artificielle. Il a publié plus de 450 articles à titre d’auteur ou de coauteur. 

Renseignements :
Chantal Crevier
Service des communications ÉTS 
514 396-8800, poste 7893

Toutes les nouvelles