Série « L’ÉTS en action pour le Québec »

Innover avec l’ÉTS : des partenariats de recherche qui permettent à NanoXplore d’innover.

20 mai 2020

NanoXplore Inc[1], un manufacturier et un fournisseur montréalais de poudre de graphène à haut volume, confie depuis 6 ans des mandats de recherche à Éric David et à Nicole Demarquette, deux chercheurs de l’École de technologie supérieure (ÉTS) spécialisés dans les matériaux avancés. NanoXplore croit que l’innovation est la clé de la réussite et sa croissance est là pour le prouver : celle qui comptait moins de 10 employés en 2014 peut maintenant s’enorgueillir d’en compter près de 350, six ans plus tard, en plus d’être cotée à la bourse de croissance TSX, sous le symbole GRA.  

Nima Moghimian, directeur de la recherche et du développement mondial Nima MoghimianLa rencontre entre l’ÉTS et NanoXplore s’est faite tout naturellement. L’entreprise avait pignon sur rue William, à quelques minutes de marche de l’ÉTS. « Nous recherchions un expert local pour caractériser nos matériaux, et nous l’avons trouvé tout près », se rappelle Nima Moghimian, directeur de la recherche et du développement mondial, chez NanoXplore. Cet expert, c’était Éric David, aujourd’hui chef du Département de génie mécanique, à l’ÉTS.

M. Moghimian ne le savait pas encore, mais le Laboratoire sur les matériaux et nanocomposites de l’ÉTS est pourvu d’équipements dernier cri, dont des rhéomètres ainsi qu’une électrofileuse semi industrielle . « Acquérir de tels équipements représente une dépense importante pour les entreprises, mais aussi pour les universités qui les acquièrent au moyen de leurs fonds de recherche », explique la professeure Demarquette, responsable du laboratoire, qui réalise également des mandats de recherche pour NanoXplore. En mettant leurs expertises et leurs infrastructures de recherche à la disposition des entreprises, les universités peuvent à la fois financer une partie de leur recherche et de leurs équipements, tout en formant du personnel hautement qualifié pour assurer le transfert des connaissances vers l’industrie.

Des programmes gouvernementaux, comme Alliance, du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie (CRSNG), ou les bourses   Mitacs – pour ne nommer que ceux-ci – permettent de financer une partie des salaires des étudiants des cycles supérieurs.

Pour le directeur de NanoXplore, qui a pu bénéficier de ces programmes à plusieurs reprises, il s’agit d’une solution gagnante : deux des étudiants au doctorat ayant travaillé à des mandats de recherche qu’il a confiés à l’ÉTS sont devenus des employés de l’entreprise. « Vous embauchez des personnes qui connaissent l’entreprise et vos produits, vous les avez vus à l’œuvre, vous savez donc, dès leur embauche, qu’ils feront du bon travail », ajoute M. Moghimian.

Cette réussite vient démontrer l’importance de la collaboration entre les entreprises et les universités pour mener à bien des projets innovants. Selon PRIMA Québec, le pôle de recherche et d’innovation en matériaux avancés, 99 % des entreprises québécoises spécialisées dans les matériaux avancés confient leurs mandats de recherche à l’externe, notamment à des centres universitaires ou collégiaux. 

Pour la professeure Demarquette, appliquer des concepts en milieu industriel est très formateur pour les étudiants qu’elle supervise : « Les étudiants des cycles supérieurs peuvent ainsi appliquer en entreprise les concepts qu’ils apprennent durant les cours et en réalisant leurs recherches. Une fois leurs études terminées, mes étudiants du doctorat sont tout à fait aptes à travailler dans une PME », explique-t-elle. 

Il faut dire que l’ÉTS est une habituée des partenariats industriels, car 60 % de ses mandats de recherche sont faits en partenariat avec l’industrie.  

« Ce que j’apprécie le plus dans cette collaboration, c’est la confiance que nous avons su établir avec l’équipe de recherche de l’ÉTS. Cette confiance mutuelle contribue à accélérer toutes les formalités administratives qui entourent les mandats de recherche, notamment celles liées à la protection et à la valorisation de la propriété intellectuelle », tient à conclure M. Moghimian.

Rappelons que le marché des matériaux avancés compterait, selon la firme McKinsey, parmi les 10 technologies qui engendreront le plus de transformations économiques d’ici 2025. Ce marché émergent est aussi très prometteur : il pourrait atteindre plus de 100 $ G US d’ici 2024[2].

[1] (NanoXplore)

[2] PDF, page 4.

Nicole Demarquette
Nicole Demarquette

À propos de la professeure Nicole Demarquette 

Professeure titulaire au Département de génie mécanique de l’École de technologie supérieure depuis 2012, Nicole R. Demarquette travaille depuis plus de 20 ans au développement de systèmes polymériques basés sur des concepts fondamentaux de la rhéologie ou de la thermodynamique.Ses intérêts de recherche portent sur les techniques de fabrication émergentes, telles que l’électrofilage qui permet d’obtenir des matériaux non tissés pour des applications dans les domaines du biomédical, de l’énergie ou de la filtration. En plus d’être l’auteure de plus de 130 articles dans des journaux spécialisés et de plusieurs chapitres de livres, la professeure Demarquette a formé près de 50 étudiants aux études supérieures. Ses travaux, qui sont reconnus internationalement, ont été réalisée en partenariat avec de nombreuses entreprises. Ils ont contribué au développement de nouveaux matériaux, notamment dans les secteurs de l’automobile et de l’électronique.

Éric David
Éric David

À propos du professeur Éric David   

Professeur titulaire au Département de génie mécanique de l’ÉTS, depuis 2002, et directeur de ce département depuis 2017, Éric David est membre senior de l'IEEE et du comité éditorial du journal Transactions on Dielectrics and Electrical Insulation, Ses intérêts de recherche portent sur les matériaux diélectriques, les systèmes polymériques et les nanocomposites et plus particulièrement sur les propriétés physiques de ces matériaux. Il est auteur ou coauteur de plus de 240 articles publiés dans des journaux ou des compte rendus de conférence.

 
NanoXplore

À propos de NanoXplore

NanoXplore est une société qui produit du graphène, un manufacturier et un fournisseur de poudre de graphène à haut volume pour usage dans les marchés industriels. La Société fournit à plusieurs clients des secteurs du transport, de l’emballage et de l’électronique, ainsi qu'à d’autres secteurs industriels des produits standards et personnalisés en composite et en plastique renforcés de graphène. Le siège social de NanoXplore est situé à Montréal, tandis que ses usines de fabrication se trouvent en Amérique du Nord et en Europe. Pour en savoir plus, visitez : Nanoxplore

Source :

Service des communications ÉTS
Chantal Crevier
514 396-8800, poste 7893

Toutes les nouvelles