Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2018  

Louis-Charles Gagnon et LS2 Services conseils

Hier, Longueuil et demain… la planète

1 juin 2018
À 13 ans, le futur cofondateur de LS2 Services Conseils, Louis-Charles Gagnon, a déjà appris à coder. Peu après, le p’tit gars du West Island crée un site Web bilingue sur le jeu Final Fantasy, où il vend de la publicité. La réception d’un premier chèque de 12 000 $ le convaincra qu’il est plus intéressant d’être son propre patron que de continuer à… livrer le journal tous les matins!

Et ce n’est qu’un début. Au secondaire, il informe d’entrée de jeu l’orienteur qu’il veut être ingénieur logiciel! Ce dernier n’a pas d’hésitation : il invite l’élève à s’intéresser à l’ÉTS, ce qu’il fera après son passage au Collège Notre-Dame.

À l’École, avant d’avoir terminé son baccalauréat, il fonde une autre compagnie, qu’il décrit comme « une sorte de Netflix asiatique », qui offre des soaps et des dessins animés asiatiques. La vente de l’entreprise, cinq ans plus tard, lui permettra, dit-il, de « financer mes études et de profiter de la vie… universitaire ».

À la sortie de l’ÉTS, il occupe un premier emploi où le rythme, vraiment trop lent, ne lui plaît pas. « J’ai alors accepté un poste chez CGI. Mon premier mandat était de conseiller une banque d’investissement de New York. J’ai donc fait l’aller-retour très fréquemment pendant deux ans, dans un contexte où les semaines de 60 heures étaient la normalité. »

Être son propre patron
Après deux ans, il est de nouveau happé par l’envie d’être son propre patron. C’est à ce moment, en 2007, qu’il fonde, avec un collègue de l’ÉTS, la société LS2 Services Conseils. Contrairement au cliché en vogue, ce n’est pas dans un garage que la société voit le jour, mais un étage plus haut, dans un appartement de Longueuil. Après quelques années, le cofondateur reprendra seul la barre, son associé aspirant à des semaines de travail moins chargées.

Aujourd’hui, l’équipe de LS2, qui compte 10 employés – dont 8 experts conseils issus pour près de la moitié de l’ÉTS – offre des solutions logicielles spécialisées fondées sur les plateformes et les technologies Microsoft à un important portefeuille de clients, dont plusieurs du milieu bancaire. « Notre objectif est de permettre à nos clients de compter sur des systèmes qui soutiendront leur croissance », explique Louis-Charles Gagnon, dont l’objectif avoué est de quintupler l’effectif de l’entreprise au cours des 10 prochaines années et d’ouvrir des bureaux en différents points stratégiques du globe.

Une communauté pour soutenir l’entrepreneuriat
Reconnaissant envers l’ÉTS pour lui avoir donné une formation qu’il qualifie de « pratico-pratique », le capitaine de LS2 Services Conseils a décidé de redonner au suivant, en acceptant d’animer la communauté de pratique en entrepreneuriat de l’École qui a vu le jour en novembre dernier. « L’ÉTS m’a beaucoup apporté et quand j’ai été approché, j’ai rapidement dit oui. J’aimais l’idée de pouvoir agir comme mentor et de faire graviter autour des gens les ressources nécessaires en mesure de les informer de ce qu’il faut savoir et de les conseiller pour lancer une entreprise. »

Y a-t-il un buzz entrepreneurial au Québec? « On dirait que le désir de devenir entrepreneur est à la mode », estime celui qui est tombé dans l’entrepreneuriat comme Obélix dans la célèbre potion, tout en reconnaissant que la pratique professionnelle en droit de son père a été une source d’inspiration. Beaucoup de forces vives comme le Centech, les accélérateurs, les grandes familles, les organisations qui donnent des bourses et d’autres – s’allient pour favoriser la croissance de l’entrepreneuriat et c’est une bonne chose. »

Une suggestion pour les étudiants de l’École? « Nous vivons à une époque où les gens ont souvent besoin d’une gratification immédiate. Ce n’est pas la réalité du marché du travail. Votre diplôme ne vous donnera pas un gros job et un gros salaire du jour au lendemain. Par contre, une chose est certaine : si vous êtes prêts à travailler fort, vous pourrez certainement réaliser vos rêves », confie ce diplômé, qui glisse au passage que son entreprise a un préjugé favorable pour les stagiaires de l’ÉTS, dont il apprécie l’autonomie. Prenez note!

Voir aussi :
Communautés de pratique pour les diplômés de l'ÉTS

NouvellesFil RSS