Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2018  

La construction à l’ère du numérique

Nouvelle chaire de recherche industrielle pour le professeur Daniel Forgues

24 septembre 2018
L’ÉTS inaugurait la semaine dernière la nouvelle Chaire de recherche industrielle sur l’intégration des technologies numériques en construction, héritière de la réputée Chaire de recherche industrielle Pomerleau. Le professeur Daniel Forgues et son équipe, ainsi que de nombreux collaborateurs et partenaires de la nouvelle chaire, ont profité de l’occasion pour retracer le chemin parcouru en très peu de temps par l’industrie de la construction et évoquer les grandes transformations qui l’attendent.


Première rangée :  Stéphane Coudry (groupe TEQ), Claire Samson (ÉTS), Pierre Dumouchel (ÉTS), Jean Rochette (Ville de Québec), Daniel Forgues (ÉTS), Martin Jacques (Pomerleau), Anik Mandalian (Provencher Roy), Souha Tahrani (Aedifica)
Deuxième rangée : Franck Murat (BIMOne), Samer Jarmak (Groupe TEQ), Louis Tremblay (Ville de Québec), Karine Duguay (CIMA+), Simon Leclerc Granger (Groupe TEQ), Yassine Ben Jemaa (Groupe TEQ), Daniel Barbeau (Canam), Sébastien Frénette (Provencher Roy), Jean-François Lapointe (BIMOne), Mathieu St-Gelais (TBC)


La fierté du travail accompli
La chaire Pomerleau, dont le mandat a pris fin en décembre dernier, a réussi à mobiliser des leaders au sein de l’industrie de la construction afin que celle-ci prenne conscience d’une chose : elle était en retard et risquait de rater le virage numérique. On peut facilement imaginer les conséquences d’une telle négligence pour un secteur qui représente plus de 40 G $ d’investissements annuellement et compte plus de 400 000 emplois directs et indirects. On peut également imaginer les répercussions sur l’ensemble de la société québécoise.

Trois lettres qui en disent long
Le virage que l’industrie est en train de prendre peut se résumer à trois lettres : BIM. Le Building Information Modeling est une méthode de construction fondée sur l’utilisation d’un modèle informatique à plusieurs dimensions. Cette approche permet de documenter la conception d’un bâtiment, mais aussi de simuler sa performance, sa construction et son exploitation. L’un des grands avantages du BIM est qu’il rend possible la collaboration directe de tous les intervenants : clients, architectes, ingénieurs, entrepreneurs, spécialistes en gestion des actifs, etc.

Ceux par qui le changement arrive
Pierre Pomerleau est l’un des premiers leaders de l’industrie à avoir compris la gravité de la situation. Il est aussi l’un des premiers à avoir systématisé l’utilisation de la conception intégrée et, surtout, du BIM. Pour lui, les résultats dépassent toutes les attentes : « Le BIM nous a rendus ultraperformants, nous a permis de remporter des appels d’offres et d’être plus efficaces dans notre exécution. Le BIM a amené Pomerleau à une autre place. » Cette place, c’est tout simplement demain.



Une nouvelle gestion

Le BIM s’accompagne d’un nouveau modèle de gestion des chantiers : la Lean Construction. Celui-ci réduit les risques liés aux coûts, en permettant de les abaisser au moment de la soumission et de les respecter durant la réalisation du projet, et assure le respect des échéanciers. On entrevoit immédiatement l’intérêt qu’un tel modèle peut avoir pour tous les donneurs d’ouvrage. Certains ont déjà pu constater ses avantages, notamment la Ville de Québec, qui a recouru aux services de Pomerleau pour la construction du Centre Vidéotron.

La mission de la nouvelle chaire
La Chaire de recherche industrielle sur l’intégration des technologies numériques en construction a le mandat de faire « avancer l’industrie en bloc », explique son titulaire, le professeur Forgues. Pour ce faire, elle s’appliquera à encourager la collaboration dans un secteur où prévalent les silos. Les profondes divisions entre les différents acteurs du milieu constituent en effet un frein à son renouvellement. La chaire y stimulera également l’innovation afin de favoriser l’industrialisation de la construction. Interrogé à ce sujet, M. Forgues propose une comparaison : « Avec ces nouveaux outils, on aura la possibilité d’adopter des approches qu’on associe davantage au domaine manufacturier ; on pourra notamment assembler un bâtiment sur place, un peu comme un mécano ou un produit Ikea. »

Le nouveau visage de la construction
À quoi pourrait bien ressembler la nouvelle industrie de la construction au Québec ? On peut en avoir une petite idée en considérant les trois retombées attendues de la nouvelle chaire. Tout d’abord, le professeur Forgues prévoit qu’elle permettra de briser les barrières qui existent entre les différents acteurs de l’industrie. Ensuite, elle devrait entraîner la création d’une culture de l’innovation dans le milieu de la construction. Enfin, la nouvelle chaire devrait aider au développement de l’agilité organisationnelle, qui fera en sorte que les entreprises pourront composer avec les changements rapides qu’entraîne l’utilisation des technologies numériques.

Le but ?
Le grand objectif de ce déploiement considérable d’efforts, d’investissements et d’intelligence est aussi simple qu’ambitieux : placer le Québec parmi les 10 premiers utilisateurs mondiaux du BIM d’ici 5 ans.


Pour information
Emmanuelle Berthou
Conseillère en communication - ÉTS
514 396-8427


NouvellesFil RSS