FAQ sur le double diplôme

Pour toute autre question que celles qui suivent concernant le double-diplôme, contactez le Service des relations internationales.

Admission et démarches administratives

Dans un premier temps, vous devez être nominé par votre établissement d'attache pour participer à un programme de double diplôme à l’ÉTS. Vous recevrez ensuite par courriel les directives afin de déposer formellement votre demande d'admission sur notre portail Omnivox. Lisez-les attentivement afin de soumettre une demande conforme; vous devrez fournir certains documents (p. ex. acte de naissance, relevés de notes, etc.) et acquitter les frais de traitement de dossier. Assurez-vous de déposer un dossier complet, de respecter les dates limites et prévoyez de un à deux mois pour recevoir la décision.

Dates limites pour soumettre sa candidature à l'ÉTS :

  • Session d'automne : 1er avril
  • Sesion d'hiver : 1er juillet
  • Session d'été : 1er décembre

Non. Bien que l’ÉTS ait signé une entente avec votre établissement d’attache, vous allez obtenir un diplôme québécois à la fin de votre programme. Aux fins de l’immigration, vous serez considéré comme étudiante ou étudiant étranger et vous devrez indiquer ce statut dans vos différentes demandes.

Dans un premier temps, vous devez préremplir le document avec les informations dont vous disposez, en particulier les dates de séjour. Lorsque vous nous contacterez, n'oubliez pas d’inscrire votre code permanent dans votre courriel d’accompagnement.
 

  • Contactez le Bureau de la registraire à accueilBdr@etsmtl.ca ​pour faire signer votre attestation d’arrivée/de présence ou votre attestation d’inscription pour une session.
  • Si votre établissement exige une attestation d’inscription pour une ou deux années ou si vous devez faire signer un contrat d’études, vous devez alors vous adresser au Bureau des relations internationales de l’ÉTS.

Sachez que vous avez également la possibilité d’obtenir une preuve de fréquentation directement dans votre portail MonÉTS > Mes documents > Relevé d’inscription - facturation. Ce document sera disponible environ un mois avant le début de chaque session avec inscription.

Si vous avez une affiliation au régime d’un pays ayant conclu une entente avec le Québec, dont la France et la Belgique (voir liste complète), vous pourriez être admissible au régime public de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

Comme étudiante ou étudiant international à l’ÉTS, vous êtes automatiquement couvert par le régime d’assurance collective de Desjardins (Police Q178), entraînant des frais de 300 $ par session. Seule une preuve d’affiliation à la RAMQ peut entraîner le retrait de l’assurance Desjardins.

Avant votre arrivée au Québec ou lors d’un renouvellement, vous devez obtenir, remplir et faire signer la preuve d’assurance ou d’attestation d’affiliation au régime de santé de votre pays d’attache. En France, il s’agit du formulaire SE-401-Q-106 qui devra ensuite être soumis à la RAMQ une fois arrivé à Montréal. Assurez-vous de cocher l’option « programme d’échange double diplôme » à la section 3.

Pour plus information sur les assurances et la procédure pour obtenir la RAMQ à votre arrivée, consultez notre page Assurances et soins de santé pour les étudiants internationaux.

Si vous souhaitez ou devez demander un report d'admission, vous devrez d’abord informer votre établissement d’attache qui officialisera ce changement auprès du Service des relations internationales de l’ÉTS. Aucune intervention n’est requise de votre part.

Dès que la demande sera traitée, une nouvelle lettre d'admission sera émise et disponible sur votre portail Omnivox et dans MonÉTS. Le délai de traitement peut être de quelques semaines.

Si vous devez annuler définitivement votre projet d’études, informez-en le Service des relations internationales à international@etsmtl.ca.

Cheminement académique, stage et projet

Les parcours des étudiantes et étudiants en double diplôme peuvent être assez hétérogènes. Il est de votre responsabilité de planifier votre cheminement dans le respect des exigences de votre établissement d’attache et des règlements de l’ÉTS.

Voici quelques points dont vous devrez tenir compte et qui s’appliquent à tous :
 

  • L’ÉTS vous considère comme étudiante et étudiant régulier à la maîtrise et vous êtes donc assujetti aux mêmes exigences réglementaires que les autres étudiants locaux ou internationaux;
     
  • La durée normale d’une maîtrise avec projet est de six sessions (deux ans). Il est tout à fait réaliste de pouvoir la réaliser en cinq sessions, mais plus rarement en quatre. La durée de votre programme dépendra du nombre de crédits que vous aurez à chaque session, neuf étant le minimum par session pour être considéré à temps plein. La durée normale d’une maîtrise avec mémoire est également de six sessions mais pour ce type de profil, vous devrez anticiper les délais associés à la correction, au dépôt, à l'organisation de la soutenance, etc. Consultez le guide de déroulement des études pour en apprendre davantage;
     
  • Ce ne sont pas tous les cours qui sont offerts chaque session. Consultez la page Planification des cours afin d’anticiper votre cheminement sur les cinq prochaines sessions;
     
  • Vous aurez à trouver une ou un professeur pour encadrer votre mémoire ou votre projet. La procédure et plusieurs trucs se trouvent sur la page Comment trouver un directeur pour votre projet de recherche;
     
  • Quels que soient vos choix de cours, les crédits cumulés à l’ÉTS sont suffisants pour valider les exigences de votre établissement, nonobstant le contrat d’études ou la reconnaissance de certaines équivalences;
     
  • L’obtention du diplôme de l’ÉTS est une exigence de diplomation pour votre établissement d’attache;
     
  • Votre cheminement et la durée de vos études changeront aussi en fonction de vos choix personnels, à l'intérieur du règlement des études de votre programme (p. ex. si vous décidez d'inclure un stage facultatif dans votre cheminement, si vous suivez des cours en parallèle de vos crédits de recherche, etc.).

Le projet de 15 crédits (MTR895 ou MTR896) ou le mémoire de 30 crédits valide dans la majorité des cas l’activité de fin d’études requise par votre établissement d’attache.

Ceci étant dit, puisque la reconnaissance de votre diplôme français ou belge est sous l’autorité de votre établissement d’attache, l’ÉTS ne peut vous garantir que celui-ci reconnaîtra votre activité académique. Avant de vous engager dans une activité comme un stage facultatif (STA800 ou STA802), il est important de valider avec votre établissement d'attache les conditions exigées en termes de livrables, crédits, durée et dimension industrielle.

Le projet d’intervention en entreprise (de 9 crédits ou de 15 crédits) porte sur la résolution d’une problématique industrielle, sous la direction d’une ou d'un professeur de l’ÉTS, impliquant la rédaction d’un rapport technique substantiel. Un tel projet d’intervention n’est pas formellement un stage et son format (nombre d’heures en entreprise, rémunération ou pas, etc.) peut varier grandement selon les attentes du partenaire industriel du projet. Il s’agit autant (et même possiblement davantage, dans certains cas) d’un projet pour l’entreprise qu’un projet dans l’entreprise. En conséquence, il n’est pas garanti que votre établissement d’attache reconnaisse cela comme l’équivalent d’un stage; il est très important de valider au préalable le projet d’intervention avec votre établissement d’attache.

Pour réaliser un projet d’intervention en entreprise, vous devez solliciter des professeurs (ou des entreprises), selon une démarche qui ressemble beaucoup à celle d’une recherche d’emploi. Notez enfin que le permis de travail stage coop n’est pas automatiquement requis pour réaliser un projet en entreprise, mais il peut être facilitant de le détenir d’emblée. Prenez connaissance de notre page web Travailler au Canada pour valider les autorisations légales nécessaires, selon la figure de cas dans laquelle vous vous retrouverez.

Si vous-même ou votre établissement d’attache tenez absolument à la formule du type prestation de travail en milieu industriel, à temps plein et sur plusieurs mois, il serait alors plus avisé de réaliser un stage coopératif. Ces stages, qui sont encadrés par le Service de l’enseignement coopératif (SEC), ont une durée de quatre ou huit mois (une ou deux sessions) et impliquent une prestation de travail à temps complet en milieu industriel ou dans un organisme public.

Vous devrez d’abord avoir terminé le cours préparatoire PRE811 (hors programme) et détenir un permis de travail stage coop. Selon votre programme, trois stages sont possibles :

  • STA802 : 3 crédits avec rédaction d’un rapport technique
  • STA800 : 3 crédits hors programme
  • MGA902 : en génie aérospatial seulement, 6 crédits avec rédaction d’un rapport technique

L’option de faire un stage de huit mois pourrait être intéressante si votre établissement d’attache exige une durée minimale de six mois. Sachez toutefois que cela pourrait prolonger la durée anticipée de votre programme puisque seuls trois crédits seront reconnus même si le stage se déroule sur deux sessions.

IMPORTANT : Effectuer un stage coop ne vous dispense pas de l'obligation de réaliser un projet de maîtrise pour l'ÉTS. Vous devez respecter la structure de votre programme de maîtrise afin de remplir les conditions d’obtention de votre diplôme de l’ÉTS.

L’activité de fin d’études requise par votre établissement d’attache ne fera pas l’objet d’une convention de la part de l’ÉTS puisqu’il ne s’agit pas d’une exigence de notre École.

Il est effectivement prévu que le projet de maîtrise se déroule sous la seule responsabilité administrative de l’ÉTS, même si cette activité valide l'activité de fin d’études par reconnaissance d’activités et/ou transfert de crédits. C’est donc le contexte règlementaire local qui s’applique, incluant les règles de validation de l’ÉTS. Il n’y a donc pas lieu de mettre en place de convention.

Nous vous encourageons simplement à faire parvenir une copie de la fiche d’identification du sujet appropriée à votre établissement d’attache. Ces fiches comprennent habituellement les informations nécessaires pour la reconnaissance de l’activité (en termes d’objectifs, contenus, livrables, encadrement, etc.).

Dans le cas où cette activité se déroule en France, nous ne pouvons endosser des modèles de conventions rédigés en référence au droit français puisque les requis règlementaires et légaux peuvent être différents de ceux du Québec. Si vous réalisez votre stage en France et que l’entreprise exige une convention formelle de stage, nous préconisons alors la mise en place d’une convention entre votre école d’ingénieur et l'entreprise, comme si vous réalisiez un PFE, nonobstant votre inscription à l’ÉTS. Si votre établissement d’attache ne peut mettre en place une telle convention, l’entreprise pourra vous proposer un modèle que le Service des relations internationales pourra considérer et réviser au besoin.

D'un point de vue règlementaire, il n’existe pas de contraintes géographiques quant à la réalisation du projet de maîtrise. En d’autres termes, vous pouvez le réaliser au Québec, ailleurs au Canada, en France ou dans un autre pays. Vous devrez convenir des modalités de votre projet (contenu, livrables, échéanciers, etc.) avec votre superviseur à l’ÉTS.

Dans tous les cas, vous devez conserver des documents d’immigration valides jusqu’à la fin de votre programme, que vous soyez au Canada ou à l’étranger. Le Bureau de la registraire doit détenir ces documents pour maintenir votre inscription. Si votre CAQ et/ou votre permis d’études expirent avant, vous devrez entamer les démarches pour les renouveler, tel que décrit sur notre page Immigration – Pendant vos études.

Oui, il est possible de réaliser ou de terminer le stage requis par son établissement d’attache une fois le diplôme de l’ÉTS en poche grâce au permis de travail post-diplôme (PTPD). Il est important de se rappeler que le permis de travail stage coop n’est valide que dans le cadre d’une activité pédagogique de l’ÉTS et ne peut être utilisé pour le stage obligatoire requis par votre établissement d’attache.

Vous devrez attendre la confirmation de la fin de votre programme, obtenir le relevé de notes et l’attestation de fin d’études pour déposer une demande de PTPD. Il s'agit d'un permis de travail ouvert qui vous permet de travailler pour n’importe quelle entreprise, n’importe où au Canada. Vous trouverez toutes les informations en lien avec ce permis sur notre page Travailler au Canada – Après vos études.

Facturation et frais de scolarité

Cette information s'adresse aux étudiantes et étudiants de France et de Belgique francophone.

Le relevé d’inscription-facturation est disponible un mois avant le début des cours mais l’ajustement des factures ne s’effectue que cinq semaines après le début de la session. Si vous bénéficiez de crédits remboursables (au minimum un), vous n’avez pas à tenir compte de la première date limite de paiement, de la pénalité de retard de paiement ou des rappels automatisés du Service des finances, le cas échéant. Si votre facture n’a pas été ajustée après cette période ou si vous constatez une erreur, contactez le Service des relations internationales à international@etsmtl.ca en prenant soin d'indiquer votre code permanent.

Si vous ne bénéficiez pas ou plus de crédits remboursables, vous devrez vous conformer à la première date limite de paiement de la session. Nous vous encourageons à vérifier auprès de votre établissement les modalités applicables avant le départ, afin de mieux prévoir votre budget. Pour d’autres informations sur le coût et le financement des études, référez-vous à notre page Vivre à Montréal, étudier à l’ÉTS.

Oui. L’entente ne couvre pas les frais suivants, et il est de votre responsabilité d’entreprendre les actions requises pour annuler ou éviter ceux-ci :
 

  • Contributions volontaires (p. ex. clubs scientifiques, journal étudiant, fonds de développement durable AÉÉTS et de l’École) : vous pouvez vous désinscrire de celles-ci directement dans votre portail MonÉTS > Frais financiers.
  • Assurance dentaire de l’ASEQ  : Si vous ne voulez pas garder cette couverture, vous devrez vous désinscrire vous-même avant la date limite (environ 30 jours après le début des sessions d’automne et d’hiver) sur le site de l’ASEQ.
  • Assurance santé et hospitalisation de Desjardins pour les étudiants non couverts à la RAMQ.
  • Frais associés à des cours et activités hors programme.
  • Pénalités pour inscription tardive.
  • Frais pour carte étudiante en cas de perte.

Non. Si vous devez reprendre des cours échoués ou annulés durant la période sans remboursement (code XX), vous devrez payer ces crédits.

Si vous avez fait votre inscription à des cours ou activités hors programme, excluant des cours d'appoint prescrits par votre direction de programme à l'admission, vous devez acquitter le tarif pour étudiante ou étudiant canadien non résident du Québec. Puisque ces cours et activités ne font pas partie des 45 crédits obligatoires que compte votre programme de maîtrise et ne contribuent pas à l’obtention de votre diplôme universitaire, vous ne pouvez pas bénéficier du tarif pour étudiant résident du Québec prévu par l’entente entre le gouvernement du Québec et celui de votre pays d’origine (consultez la source).

À titre indicatif, voici les montants à la charge des étudiants français et belges francophones pour les différentes activités :

  • PRE811 : environ 285 $ CAN (notez qu’exceptionnellement, et pour ce cours seulement, le Service des relations internationales prend en charge la portion des frais majorés d’une valeur de 385 $ pour l’année 2021-2022)
  • STA800  : environ 1000 $ CAN

Si vous avez été admis avec la condition de réussir certains cours d’appoint (sigles 100 à 700), cela aura un impact sur votre facturation. Ces cours étant hors programme mais imposés par votre directeur ou directrice de programme, vous devrez vous acquitter des frais de ces cours au tarif québécois, soit environ 100 $ CAN par crédit pour les étudiants français ou belges francophones.

D’un point de vue académique, les cours d’appoint ne seront pas comptabilisés dans le nombre total des crédits de votre programme d’études, ni dans le calcul de la moyenne cumulative. Ainsi, si vous voulez éviter une prolongation de vos études, il faudra prévoir suivre davantage de crédits-cours à certaines sessions.