Je fais la différence pour ma santé mentale

Fais la différence est une campagne de sensibilisation axée sur la notion de témoin actif. Elle vous invite à intervenir lorsque vous êtes témoin de violences à caractère sexuel, de harcèlement psychologique, d’incivilités ou de méfaits liés à une surconsommation d’alcool.

Cette année, la campagne se transforme pour devenir Je fais la différence pour ma santé mentale. Les membres de la communauté étudiante sont invités à porter une attention particulière à différents facteurs pouvant affecter leur santé mentale dans le contexte actuel de pandémie.

On le sait, la distanciation sociale représente un défi de taille, car elle est contraire à la nature humaine et à notre besoin d’établir des liens avec les autres. Dans les derniers mois, nous avons fait preuve de créativité et de solidarité pour rester en contact. Nous devons continuer à nous épauler les uns les autres dans cette période éprouvante.

Que ce soit pour tromper l’ennui ou pour supporter l’anxiété, la frustration et le stress induit par le confinement et l’interruption brutale des activités habituelles, plusieurs Québécoises et Québécois ont développé de nouvelles habitudes de consommation. Si vous êtes inquiet au sujet de votre consommation ou que vous avez perdu le contrôle, sachez que vous n’êtes pas seul.

Des emplois perdus par milliers, des difficultés financières, de l’isolement, du stress et de la déprime, le moins qu'on puisse dire c'est que la pandémie de la COVID-19 a mis à rude épreuve la santé psychologique de la population. Puisque les répercussions de cette crise sur la santé mentale risquent fort de durer plus longtemps que la pandémie, il est primordial de mettre en place des stratégies pour conserver son équilibre.

Stress, incertitude, promiscuité, peur... voilà un cocktail explosif qui favorise la multiplication des conflits dans le contexte actuel de pandémie. Les gens éprouvent davantage de difficulté à se parler, la tension monte et c’est l’escalade. Il est important d'utiliser des stratégies de communication efficaces afin de favoriser des relations respectueuses.

Durant la pandémie, l’utilisation plus fréquente d’internet augmente les risques de sollicitation à des fins sexuelles en ligne et de cyberviolence sexuelle. Les personnes de l’entourage ont un rôle important à jouer. Si une personne que vous connaissez est victime de cyberviolence, soyez-là pour l’écouter et la soutenir sans jugement.

Les ressources sur et hors campus