Bioimpression 3D par méthode FRESH

La bioimpression 3D est une technologie de pointe qui vise à fabriquer des tissus biologiques complexes par fabrication additive, afin de former des modèles 3D ou des organes de remplacement pour l’humain. Malgré des progrès fulgurants ces dernières années, il existe encore peu de bioencres adéquates, qui combinent de bonnes propriétés mécaniques et fidélité d’impression et une bonne survie cellulaire. Notre équipe a récemment démontré que l’utilisation d’une approche de type FRESH (consistant à imprimer au sein d’un bain d’un agent visqueux qui joue le rôle de support mécanique provisoire) permet d’améliorer drastiquement les résultats d’impression bioencres à base de chitosane thermosensibles. 

Le but de ce projet est d’optimiser la méthode FRESH et l’utiliser pour former des structures tridimensionnnelles contenant des cellules mimant les tissus biologiques comme le ménisque ou le disques intervertébral. Les technologies utilisées seront la bioimprimante 3D Discovery (RegenHu), la rhéométrie ainsi que les équipements de caractérisation mécanique. Les résultats expérimentaux seront comparés à ceux d’une modélisation.
Ce projet permettra de créer des structures bioimprimées biodégradables pour mimer des tissus biologiques.

Connaissances requises

Les principales tâches de l’étudiant.e seront les suivantes (elles varieront selon la durée du projet (maitrise projet ou recherche, ou PhD) et le background de l’étudiant.e. 

1) Concevoir différentes structures 3D à imprimer et créer les code géométriques (G-code) correspondants ; 
2) effectuer l'impression des structures sur une bioimprimante 3D Discovery (RegenHu) et leur caractérisation morphologique et mécanique en comparaison avec la forme 3D théorique ; 
3) Modéliser le comportement mécanique des structures et comparer avec les résultats expérimentaux
4) Analyser les résultats, les présenter sous forme de graphiques et les discuter dans un rapport scientifique et une présentation powerpoint.

L’étudiant.e doit avoir une formation en génie mécanique, génie biomédical ou génie avec une certaine teneur en mécanique, et si possible une certaine expérience en impression 3D. Un fort intérêt pour les technologies de la santé est important.  L’étudiant.e doit avoir une bonne connaissance de l’anglais, être très motivé.e, avoir de bonnes notes académiques et une bonne autonomie. Avoir suivi ou suivre à l’automne le cours GTS880 ou GTS816 (Biomatériaux avancés et ingénierie tissulaire) serait un fort atout. Une connaissance en biologie et biologie cellulaire serait un avantage supplémentaire.
 

Programme d'études visé

Maîtrise avec projet, Maîtrise avec mémoire, Doctorat

Domaines de recherche

Les technologies pour la santé

Financement

Bourse provenant des fonds de recherche du professeur (montant dépend du programme d'études,     Maitrise projet ou recherche  et éventuellement PhD)

Autres informations

Date de début du projet : Dès que possible  à Automne 2022 

Le projet s’effectuera au sein du laboratoire de Sophie Lerouge au LIO au Centre de Recherche du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CRCHUM) (métro Champs de mars), l’un des plus grands centres de recherche en santé du Canada. Les travaux du laboratoire portent essentiellement sur le développement de matrice polymériques biocompatibles pour la thérapie cellulaire, l’ingénierie tissulaire et la bioimpression 3D. 
 
Merci d’envoyer votre CV, relevés de note et lettre de motivation. 

 

Personne à contacter

Sophie Lerouge | sophie.lerouge@etsmtl.ca