L’ÉTS ajoute une sculpture prestigieuse sur son campus

La sculptrice Liliana Berezowsky fait don de l'oeuvre Antigon VII à l'ÉTS

5 mai 2021
L'oeuvre d'art Antigon VII, de Liliana Berezowsky
Antigon VII, de l'artiste Liliana Berezowsky

L’ÉTS est fière d’accueillir l’œuvre d’art Antigon VII de l’artiste Liliana Berezowsky et d’en faire profiter la communauté.

Liliana Berezowsky est née en Pologne en 1944 et est arrivée très jeune au Canada. Elle a complété un baccalauréat puis une maîtrise en arts visuels à l’Université Concordia où elle enseigne aujourd’hui à temps partiel. Elle a participé à de multiples expositions solo et de groupe à travers le Canada ainsi qu’à Berlin. Son travail fait partie de nombreuses collections muséales au Québec et ailleurs au Canada, dont celles de la Galerie nationale du Canada, du Musée des beaux-arts de Montréal et du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée national des beaux-arts de Québec, et de celles des Musées d'art de Joliette et de Lachine. 

À l’aube de l’âge adulte, elle survit à l’écrasement d’un avion, ce qui viendra influencer son travail de façon marquante et mènera, entre autres, à la création de l’œuvre Antigon VII. Cette sculpture aux échos intimes qui mêle métal, bois et caoutchouc joue avec la tension entre légèreté et lourdeur, immobilité et mouvement, d’où son dynamisme qui change et s’enrichit selon l’angle observé. Selon les mots de M. Cédrick Pautel, secrétaire général de l’École, « elle illustre l’intelligence et la créativité humaines qui assemblent des matériaux plus lourds que l’air pour en faire un instrument permettant de s’envoler; et, parallèlement, elle rappelle la fragilité de l’être humain et l’imperfection de ses entreprises. C’est pourquoi c’est une œuvre qui semblait toute destinée à aboutir dans une école de génie ».

Mme Berezowsky habite le quartier Griffintown depuis 1986 et a été une témoin privilégiée du développement de l’École. Il s’agit pour elle d’un honneur qu’Antigon VII soit désormais exposée dans la Maison des étudiants. Elle estime que c’est encore plus naturel que l’œuvre y trouve domicile étant donné les liens entre sa démarche artistique largement inspirée du monde industriel et le mandat de l’établissement.

L’acquisition de cette œuvre s’inscrit dans l’élaboration du Programme d’intégration des arts et de la culture de l’ÉTS et elle fera partie de la deuxième édition du Catalogue des œuvres d’arts de l’École à paraître en 2022.

Toutes les nouvelles