Samira Ebrahimi-Kahou

Une chaire en intelligence artificielle Canada-CIFAR attribuée à une chercheuse de l'ÉTS

9 février 2021
samira ebrahimi kahou
Samira Ebrahimi-Kahou.

Comptant parmi les chercheurs et les chercheuses canadiens les plus prometteurs dans le domaine de l’intelligence artificielle, la professeure Samira Ebrahimi-Kahou, de l’École de technologie supérieure (ÉTS), est maintenant titulaire d’une chaire de recherche en intelligence artificielle Canada-CIFAR.

Les travaux que dirigera la professeure Ebrahimi-Kahou dans le cadre de cette chaire porteront notamment sur l’apprentissage des représentations multimodales qui permettent le raisonnement dans les tâches d’apprentissage supervisées et par renforcement. 

Plus concrètement, ses recherches permettront de prédire les catastrophes naturelles par la modélisation des données climatiques et de développer des applications qui augmenteront la performance des assistants personnels numériques. 

Tous ces travaux permettront à la professeure Ebrahimi-Kahou de mettre l’IA au service de l’humain, une valeur qui lui est très chère. « Je suis ravie et honorée de faire partie de cette cohorte de brillants chercheurs canadiens », a déclaré la chercheuse qui s’est récemment jointe au Département de génie logiciel et des TI, après des études postdoctorales à l’université McGill/MILA et un poste de chercheuse au Laboratoire de recherche Microsoft. 

Rappelons que les 29 chaires octroyées en 2021 par l’Institut canadien en recherches avancées (CIFAR) visent à attirer et à retenir au Canada les chercheurs en intelligence artificielle (IA) les plus brillants. Regroupant aujourd’hui une centaine de chercheurs et de chercheuses, les titulaires de ces chaires sont des pionniers de la recherche dans un large éventail de domaines, dont l’apprentissage automatique au service de la santé et l’IA responsable. 

À propos de Samira Ebrahimi-Kahou 

Membre du Département de génie logiciel et des technologies de l’information de l’ÉTS depuis 2020, Samira Ebrahimi-Kahou s'intéresse à la résolution de problèmes qui se trouvent à la croisée de la vision par ordinateur et du traitement du langage naturel. 

La professeure a contribué à la création de plusieurs ensembles de données à grande échelle incluant FigureQA (raisonnement visuel sur de graphiques mathématiques), Something-Something (sous-titrage à grain fin) et ReDial (recommandations conversationnelles de films). Du côté des applications, elle travaille avec l’apprentissage machine pour assurer la sécurité alimententaire des populations et pour les aider à mieux réagir aux désastres, notamment par la modélisation de phénomènes météorologiques extrêmes.

Chantal Crevier

Service des communications

514 396-8800, poste 7893

Toutes les nouvelles