Omur Dagdeviren, professeur au Département de génie mécanique

Mieux comprendre la mécanique des solides non linéaires

10 décembre 2020
omur dagdeviren
Omur Dagdeviren.

La feuille de route d’Omur Dagdeviren, professeur-chercheur au Département de génie mécanique, est impressionnante.  Fraîchement débarqué  de l’Université Yale, où il a obtenu une maîtrise en génie mécanique et un doctorat en génie et sciences appliquées, le professeur Dagdeviren avait auparavant fréquenté la célèbre Middle East Technical University d’Ankara, en Turquie, où il est très difficile d’être admis. Il y a non seulement décroché un baccalauréat en génie électrique et électronique, mais un deuxième en génie mécanique. 

Ses intérêts de recherche portent sur le développement  de techniques de caractérisation en vue de mieux comprendre le comportement des matériaux.  «  Je caractérise leurs propriétés électriques, mécaniques et chimiques. De tels travaux de recherche nécessitent ainsi une interdisciplinarité. Leur impact est important sur le plan de l’ingénierie, mais également sur le plan environnemental, du développement durable, social et économique », explique-t-il.

Aujourd’hui professeur-chercheur,  Omur Dagdeviren croit que l’enseignement est un élément crucial de la recherche, et il y consacre une importante partie de son temps. « Mon principal objectif est de susciter l’intérêt de mes étudiants pour les sciences et de leur faire comprendre qu’ils sont en mesure d’apporter un changement positif dans leur environnement. Je tente de maintenir un équilibre entre la théorie et l’application, dans mes cours, pour qu’ils puissent établir des liens avec la réalité », explique-t-il. 

Entre son séjour à l’Université Yale et on arrivée à  l’ÉTS, il a effectué un postdoctorat et enseigné au Département de physique de l’Université McGill. L’un de ses cours, « Physique, musique et acoustique » a eu un tel succès que certains professeurs de McGill et d’autres établissements se sont adressés à lui pour s’en inspirer. Présentations, nouvelles procédures expérimentales, conférenciers, ce cours ne ressemblait en rien à un cours magistral. On y a même reçu un musicien de renommée mondiale qui a parlé de la transformation de l’industrie de la musique et de l’effet de la technologie sur la musique, et qui a invité quelques élèves à visiter son studio. 

Au cours de son doctorat et de son postdoctorat, il a ainsi développé des méthodologies numériques et expérimentales pour ensuite procéder à la caractérisation des propriétés chimiques, mécaniques, électroniques et électrochimiques des surfaces et des interfaces dans les matériaux hétérogènes.  

Mieux comprendre la dynamique de la mécanique des solides

À l’ÉTS, il compte étudier de façon numérique la mécanique des solides non linéaires en vue de mieux comprendre les propriétés des matériaux de structure complexes utilisés dans les procédés de fabrication. « La compréhension actuelle de la mécanique des solides repose uniquement sur des propriétés dont la moyenne est calculée sur de grandes surfaces ou de grands volumes. Une telle approche empêche de comprendre de manière concluante la mécanique des solides non linéaires. 

Par exemple, on ne comprend pas bien comment les différentes interfaces hétérogènes et les défauts associés dans les systèmes de matériaux modifient les propriétés mécaniques non linéaires locales et donc les principes physiques qui les régissent. Afin de combler les lacunes de ce problème fondamental, je me concentrerai sur la modélisation de la mécanique des solides non linéaires », explique-t-il. Ces travaux de recherche auront un impact bénéfique pour l’aviation, les transports et de nouvelles applications durables des énergies renouvelables. 

Étudiants recherchés

Omur Dagdeviren a mis sur pied un groupe de recherche visant à caractériser les propriétés mécanique, électrique, chimique, électrochimique et optique des matériaux aux limites spatiales et temporelles ultimes. 

Les travaux réalisés actuellement , notamment le projet Nanoscale Characterization and Aim-Specific Design of Amorphous Materials, portent sur des enjeux dans les domaines de la science des matériaux, de la physique des surfaces, de la catalyse, de la nanomécanique et des méthodes de calcul pour la recherche sur les matériaux. 

Ce laboratoire est à la recherche d’étudiants et d'étudiantes de premier et second cycle qui s’intéressent à la recherche expérimentale et théorique de pointe et à la caractérisation des matériaux à l’échelle nanométrique.

Sa contribution scientifique 

Le professeur Dagdeviren a publié 27 articles dans des revues avec comités de pairs, 29 articles de conférence avec comité de pairs, 15 articles produits à titre de conférencier invité et de séminaires et 25 présentations d’affiche. 

Il est également codétenteur d’un brevet dont une licence a été accordée à l’entreprise Scienta-Omicron GmbH. Le produit est commercialisé sous la marque QSpeed™ AFM (Atomic Force Microscopy)
Les intérêts de recherche du professeur Dagdeviren se situent à l’intersection des sciences appliquées et de l’ingénierie, et se déploient en trois axes : 

  • la caractérisation des matériaux amorphes à l’échelle nanométrique, pour une meilleure compréhension de leurs propriétés mécaniques ; 
  • la caractérisation des propriétés dynamiques des matériaux aux fins de mieux saisir les relations entre ces propriétés ; et plus généralement 
  • le développement de nouvelles techniques de caractérisation des propriétés mécaniques.   

Chantal Crevier

Service des communications

514 396-8800, poste 7893

Toutes les nouvelles