Maxime Richard, maître d'enseignement

Enseigner l’art et la méthode de communiquer : la passion de Maxime Richard

15 octobre 2020
maxime richard ets
Maxime Richard.

Que ce soit pour effectuer des présentations auprès de clients, rédiger des rapports ou encore travailler en équipe, les futurs ingénieurs devront communiquer efficacement avec leur environnement et ce, tout au long de leur carrière.

Le maître d’enseignement Maxime Richard est bien placé pour les aider à optimiser leurs aptitudes en ce domaine : expert en communication d’entreprises, il a réalisé plusieurs mandats auprès d’organisations d’envergure, dont le Mouvement Desjardins, la Sûreté du Québec, le Service de police de la Ville de Montréal, la Régie du bâtiment du Québec, les villes de Repentigny et de Sherbrooke, ainsi que l’Unité permanente anticorruption.

Une histoire de famille!

La communication et l’enseignement ont bercé la jeunesse de Maxime Richard : son père était journaliste pour les stations de radio CJMS et CKAC avant de devenir directeur adjoint de l’information à la défunte station de télévision TQS, tandis que sa mère fut professeure, puis directrice d’école au primaire. Mais au moment d’amorcer ses études collégiales, c’est l’aspect publicitaire et créatif de la communication qui l’interpelle. Il entreprend donc un cheminement en communication-marketing au Collège Bois-de-Boulogne, où il obtient son diplôme en 2005, après quoi il opte pour un baccalauréat en communication, rédaction et multimédia à l’Université de Sherbrooke. « Mais avant même de décrocher mon diplôme universitaire en 2008, j’ai décidé d’orienter ma carrière vers le service-conseil en relations publiques, en communication stratégique et en rédaction, car j’étais moins attiré par l’analyse de données de masse qui commençait à s’imposer en publicité avec l’éclatement d’Internet », explique M. Richard.

Après ses études, il devient donc conseiller en communication à son compte et se spécialise en communications d’entreprise auprès de PME et de grandes organisations. Puis, en parallèle, il fonde ADN5 Média avec son père, une entreprise spécialisée dans le monitorage des médias et les revues de presse. Il poursuit sa carrière dans le domaine, jusqu’à ce que sa mère lui insuffle le désir de prêter ses connaissances et son talent à l’enseignement. Il offre donc ses services au Collège de Maisonneuve qui l’embauche comme chargé de cours en communication et multimédia, ainsi qu’en gestion de projets de communication.

C’est le début d’une aventure qui le mène aussi à enseigner au cégep de Baie-Comeau ainsi qu’au Collège Montmorency, tout en multipliant les mandats de communication à titre de conseiller.

La façon d’enseigner de Maxime Richard ne passe pas inaperçue : un jour de 2013, tandis qu’il surveille une classe pendant un examen au Collège Montmorency, un client lui envoie un message : l’École de technologie supérieure (ÉTS) est à la recherche d’un chargé de cours. Quelques semaines plus tard, il obtient le contrat et offre le cours Méthodes de communication!

Ayant toujours le désir d’apprendre, celui qui est devenu maître d’enseignement à l’ÉTS en mai dernier est aussi retourné sur les bancs d’école, pour effectuer une maîtrise en communication stratégique à l’Université de Sherbrooke.

Donner le goût de mieux communiquer 

Le cours Méthodes de la communication qu’offre Maxime Richard aux futurs ingénieurs formés à l’ÉTS est axé sur trois piliers essentiels, soit la rédaction (technique et administrative), la communication orale (devant de petits et de plus grands groupes) et la gestion d’équipe.

« Au début de chaque session, je dis toujours à mes étudiants que mon objectif n’est pas de faire d’eux des professionnels de la communication, mais de devenir de meilleurs communicateurs et que les enseignements leur servent tout au long de leur vie », conclut M. Richard. 

D’ailleurs, rien ne le satisfait plus que lorsque survient la fin de la session, un étudiant qui était peu féru de la communication vienne lui dire qu’il a compris l’importance qu’elle revêt désormais pour lui. Et ça arrive quelques fois par session!

Chantal Crevier

Service des communications

514 396-8800, poste 7893

Toutes les nouvelles