Ian Kirouac, Ambassadeur ÉTS Émérite 2020

L’ingénieur au service de l’humanité

22 octobre 2020
Ian Kirouac

En 2001, Ian Kirouac reçoit son diplôme en génie de la construction de l’École de technologie supérieure. À l’emploi de Pomerleau depuis 19 ans, il en est aujourd’hui le vice-président exécutif, Opérations Bâtiment Canada et transformation d’entreprise. Tout un parcours pour cet Ambassadeur ÉTS Émérite! Cette ascension impressionnante témoigne de ses grandes qualités professionnelles et de la confiance que lui témoignent ses pairs.

Au cours de sa carrière, Ian Kirouac a réalisé de nombreux projets d’envergure, dont certains marqueront le visage du grand Montréal. Que ce soit pour la revitalisation de la Place Ville Marie, le Quartier DIX30, le Four Seasons, le pont Le Gardeur, Le Reine Elizabeth, le Ritz-Carlton ou la jetée internationale de l’aéroport Montréal-Trudeau, Ian Kirouac dirige ses chantiers avec passion et rigueur.

« J’ai besoin d’apprendre et de comprendre. De savoir comment ça fonctionne. Je n’accepte pas les positions faciles et sans ouverture. Je suis un éternel apprenti. »

Aussi aguerri soit-il, M. Kirouac reste avide d’expériences nouvelles et cherche constamment à bonifier ses champs de compétences. Il a ainsi entrepris un retour aux études en 2015 et suivi le programme de gestion générale (General Management Program) en administration et gestion d’entreprise (Business Administration and Management) de la prestigieuse Harvard Business School.

Impliqué dans sa communauté, Ian Kirouac se consacre de plus à différents organismes de charité qui lui sont chers, en particulier ceux qui touchent les enfants, la santé, la pauvreté et la créativité. Cette démarche s’inscrit dans la mission de l’ÉTS, avec laquelle il entretient toujours un lien étroit.

De père en fils

C’est son père qui, le premier, a stimulé son intérêt pour l’ingénierie.

« Dès que mon père avait un moment libre, il réparait, rénovait ou construisait quelque chose. J’étais son assistant... et je devais être efficace, ce n’était pas le temps de rêver ! J’ai eu la chance d’apprendre à analyser un problème, à évaluer des solutions. Aujourd’hui, je peux m’attaquer à n’importe quel problème. » Et transformer les embûches en occasions… C’est ce qu’il a fait pendant la pandémie.

« J’ai sauté sur l’occasion pour me remettre en forme et prendre plus de temps avec ma conjointe et mes ados. En tant que responsable de la transformation chez Pomerleau, je suis outillé pour affronter le changement, gérer mes peurs, mes incertitudes. On m’a donné la responsabilité de créer et d’orienter la cellule de crise de Pomerleau. Ça nous a permis de confirmer la capacité de mes collègues à collaborer, à analyser et à proposer des solutions avec une efficacité extraordinaire. »

L’humain, ma priorité

Les relations que bâtit Ian Kirouac sont au cœur de son professionnalisme. 

« Mon travail me donne l’occasion de faire des rencontres extraordinaires qui me permettent d’apprendre, de me développer, de me réaliser et, je l’espère, de devenir une meilleure personne. J’ai eu plusieurs projets ou situations difficiles dans ma carrière, mais chaque fois, j’en ai retiré de grandes leçons. On se transforme dans l’inconfort ! Ça fait mal, mais on devient moins impulsif, plus agile, plus empathique, plus sage, ce qui donne une meilleure version de nous-même. »

L’ÉTS de demain

« C’est un privilège d’être Ambassadeur et de pouvoir encourager et orienter les jeunes filles et les jeunes hommes qui s’intéressent au génie, surtout dans la construction. Je pense à ma fille et à mon garçon, et je veux qu’ils aient le choix. Je veux les inspirer. »

Ian Kirouac, qui voit la créativité comme l’aptitude du futur – « elle s’enseigne, se développe, se cultive » –, croit que les ingénieurs devront faire preuve de plus d’adaptabilité au cours des prochaines années, être ouverts aux changements, maîtriser la gestion du changement et collaborer avec les autres disciplines. 

« Les problèmes sont de plus en plus complexes. Ils [les ingénieurs] devront jouer un rôle de stratège, d’intégrateur, de coordonnateur de multiples disciplines, de multiples technologies. L’ingénieur devra donner l’exemple, poser les bonnes questions et susciter les discussions afin de connecter la tête avec le cœur. Il aura une opportunité, non une obligation, d’agir de façon éthique et d’utiliser la technologie pour résoudre les problèmes de pauvreté et d’environnement. »

Dans les prochaines années, l’Ambassadeur voit l’ÉTS se hisser parmi les grandes universités du monde. Elle sera une université agile, connectée aux industries et aux communautés, à l’affût des besoins de l’humain et adaptée aux aspirations des étudiants.

Découvrez tous nos Ambassadeurs et Ambassadrices ÉTS 2020.

Renseignements :

Service des communications ÉTS
514 396-8410

Toutes les nouvelles