Trois équipes comptant des professeurs de l’ÉTS parmi les finalistes du Gala des Prix Innovation de l’ADRIQ

René jr Landry, Ghyslain Gagnon et Jacques de Guise font partie de ces équipes

3 novembre 2020

Trois équipes composées de professeurs de l’ÉTS ont su tirer leur épingle du jeu cette année en se qualifiant aux finales des catégories Partenariat et Regroupement sectoriel de recherche industrielle dans le cadre du Gala des Prix Innovation de l’Association des directeurs de recherche industrielle du Québec (ADRIQ).

René jr Landry, professeur-chercheur au Département de génie électrique et directeur du LASSENA, ainsi que Ghyslain Gagnon, doyen de la recherche, et leurs partenaires respectifs font partie des équipes finalistes du Gala Prix Innovation de l’ADRIQ, dans la catégorie Partenariat. Un projet, mis de l’avant par Jacques de Guise, professeur-chercheur au Département de génie des systèmes et au CRCHUM, ainsi que son équipe du Laboratoire de recherche en imagerie et en orthopédie (LIO) en collaboration avec de nombreux partenaires est quant à lui finaliste dans la catégorie Regroupement intersectoriel de recherche industrielle. 

Voici un aperçu de ces projets.

rene jr landry
René jr Landry.

Concevoir un système automatisé d’atterrissage adapté aux plateformes maritimes mobiles ou aux héliports 

Le projet réalisé par l’équipe du professeur Landry en collaboration avec Laflamme Aéro vise à mettre en place un système automatisé d’atterrissage d’un drone ou d’un véhicule autonome sans pilote sur une plateforme maritime mobile ou sur l’héliport d’un navire. Comme ce système sera utilisé lors de différentes missions de surveillance ou de sauvetage maritimes, il doit pouvoir se repérer au moyen des signaux satellitaires en combinant des capteurs pour la navigation par inertie et un autre système de navigation autonome complémentaire (caméra, Lidar). 

Or, les plateformes mobiles sont souvent de taille restreinte et peuvent difficilement soutenir un système de balises traditionnelles, sans compter que les mouvements de la houle créent une instabilité dans les signaux. L’équipe du professeur Landry cherche donc à concevoir un système qui permettra de synchroniser les mouvements de la plateforme maritime avec ceux du drone afin que l’atterrissage soit sécuritaire, et ce, tant du côté de la plateforme que du drone. 

Ce projet est finaliste dans la catégorie Partenariat. 

ghyslain gagnon ets
Ghyslain Gagnon.

Améliorer le diagnostic et le traitement des maladies cardiaques   

Les maladies cardiaques représentent la deuxième cause de décès chez les Canadiens, en plus d’affecter la vie de plus de 1,6 million d’entre eux. Le projet réalisé par Ghyslain Gagnon et son équipe, en collaboration avec Sig.num preemptive Healthcare et l’université Concordia, vise à démocratiser les électrocardiogrammes (ECG) de façon qu’ils puissent être utilisés à domicile, à l’hôpital ou dans une clinique sans qu’il soit nécessaire de faire appel à du personnel spécialisé. En d’autres termes, subir un ECG deviendra aussi accessible que de prendre sa pression à la pharmacie!  

La conception de cet électrocardiogramme novateur s’appuie sur de nouveaux algorithmes de traitement des signaux ainsi que sur des circuits flexibles et des encres imprimables aptes à capter les signaux électriques du cœur et à réduire la sensibilité de l'appareil aux mouvements du corps. 

En plus d’améliorer le diagnostic des maladies cardiaques et de sauver des vies, cette nouvelle technologie contribuera également à améliorer la santé de la planète. Les capteurs des ECG, qui sont actuellement conçus pour un usage unique, pourront être réutilisés. Ce sera une valeur ajoutée pour l’environnement, puisqu’à l’heure actuelle, plus de 30 millions de capteurs sont jetés annuellement dans le monde. 

Ce projet est finaliste dans la catégorie Partenariat. 

jacques de guise
Jacques de Guise.

Concevoir des dispositifs médicaux et des instruments chirurgicaux adaptés aux patients 

Le projet, réalisé par Jacques de Guise et son équipe du Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie (LIO), en collaboration avec le CHUM, le CHU Ste-Justine, la TÉLUQ, ÉOS Imaging, Spinologics et Medicus, mise sur la conception d’une plateforme technologique de soutien à la médecine de précision pour les troubles de l’appareil locomoteur. 

Cette plateforme permettra aux cliniciens d’accéder rapidement à l’anatomie 3D/4D de certaines articulations, telles que la colonne vertébrale, le genou ou la cheville, ainsi qu’aux nombreuses mesures anatomogéométriques et fonctionnelles qui leur sont liées, tout en réduisant l'exposition des patients aux rayons X. 

Grâce aux modèles biomécaniques qui intégreront les données personnalisées d’un patient, il sera possible de concevoir des dispositifs médicaux ainsi que de l’instrumentation chirurgicale adaptés à chacun des patients.  

Ce projet est finaliste dans la catégorie Regroupement sectoriel de recherche industrielle. 

Dévoilement des gagnants : 19 novembre

Nous surveillerons de près le Gala des Prix d’innovation de l’ADRIQ qui sera présenté en mode virtuel le 19 novembre prochain. Il s’agit de l’un des galas les plus prestigieux au Québec qui souligne depuis maintenant 30 ans l’innovation des entreprises et des organisations. Nous souhaitons la meilleure des chances à tous les finalistes. 

Pour en savoir plus : 

Chantal Crevier

Service des communications

514 396-8800, poste 7893

Toutes les nouvelles