Dominic Gagnon

Transmettre le goût de l’entreprenariat en toute connaissance de cause

28 septembre 2020
dominic gagnon
Dominic Gagnon

Dominic Gagnon rêvait d’enseigner une fois qu’il atteindrait l’âge de la retraite, mais son rêve s’est réalisé trois décennies plus tôt que prévu! En effet, depuis septembre, l’homme de 33 ans est maître d’enseignement au programme Entrepreneurship de l’ÉTS, où il est aussi entrepreneur en résidence pour le Centech.

Il faut dire que sa carrière d’entrepreneur a commencé tôt dans sa vie : à 14 ans, il fonde Médiatech, une agence spécialisée dans la conception de sites Web, l’une des premières firmes en ce domaine au Lac-Saint-Jean d’où il est natif. Il vend son entreprise deux ans plus tard, non sans avoir créé en parallèle la compagnie de gestion événementielle Deepfall Music, avec laquelle il produit plus de 150 spectacles à travers le Québec.

Doté d’un flair aiguisé pour identifier les occasions d’affaires, il met sur pied Piranha tandis qu’il est au baccalauréat en communication à l’Université Laval. Alors âgé de 20 ans, Dominic Gagnon vient de créer ce qui deviendra l’une des plus grandes agences de marketing mobile au pays, qui desservira des clients d’envergure tels Desjardins, Microsoft, BestBuy, Bell et Simons avec des bureaux à Québec, Montréal et Paris.

Un « entrepreneur en série »

Dominic Gagnon n’était pas prédestiné à devenir entrepreneur, mais il a bien su transformer le surplus d’énergie que lui procurait son trouble de l’apprentissage avec hyperactivité (TDAH) en incubateur à idées.
Lorsque Équation Humaine acquiert Piranha, en 2014, l’homme d’affaires de 27 ans devient associé, vice-président et chef de la croissance de l’organisation. Une fois la transition assurée, il quitte l’entreprise pour se consacrer entièrement à Connect&Go, une société qu’il a co-fondée et qui se spécialise dans le marché émergeant des bracelets intelligents.

Présente sur la scène internationale, Connect&Go activera plus de 10 millions de bracelets lors d’évènements tels Osheaga, C2 Montréal, Universal Studio, Target, le Superbowl à deux reprises ainsi que les Jeux Olympiques de PyeongChang, en Corée du Sud, en 2018! Il devait justement s’envoler pour les jeux de Tokyo cette année, avant que la pandémie en force le report.

Toujours désireux de faire avancer ses idées, Dominic Gagnon occupe en parallèle le rôle de président de IX-Points, une société qui vise à réinventer les modèles d’apprentissage par la technologie.
Outre ces projets, il agit aussi pendant ces années à titre d'associé et chef de la croissance de Karelab, une plateforme de jeu qui stimule la performance des employés et qui a figuré pendant trois ans parmi les entreprises du PROFIT 500. En septembre 2016, l'entreprise Altrum fait l'acquisition de Karelab : c’est la troisième vente d'entreprise dans laquelle il est impliqué avant même d’avoir 30 ans. 

Un parcours empreint de succès

Par ailleurs, Dominic Gagnon publie deux livres qui seront best-seller : J’aime les TDAH et J’aimes les TDAH – Tome 2, qui incluent de des témoignages de personnalités vivant avec ce trouble, ont la cote auprès du grand public. «Le TDAH n’est pas une souffrance, c’est un bénéfice», insiste-t-il avec fierté.
Le parcours entrepreneurial exceptionel de Dominic Gagnon et ses succès lui valent d’ailleurs de cumuler plus de 25 prix et distinctions.

En 2012, Desjardins le nomme Jeune Entrepreneur de l'année et, l’année suivante, il figure parmi les dix personnalités de l'année de l'industrie des communications et du marketing d’Infopresse en plus de faire partie des Personnalités de l’année de La Presse. Il remporte aussi le prix Coup de cœur du concours ARISTA de la Jeune Chambre de Commerce de Montréal en 2014 et, en 2016, l’Université Laval le nomme Diplômé influent puis Jeune Diplômé Remarquable en 2020.

En 2019, il fut nommé simultanément Personnalité d’affaires de l’année-Éclipse par Raymond Chabot Grant Thorton, Leader international de la Jeune chambre de commerce de Montréal et Exécutif de l’année du Regroupement des Chambres de commerce du Québec.

Connaître les bons et les moins bons côtés de l’entreprenariat

Diplômé de l’École d'Entrepreneurship de Beauce au programme Élite et membre actif d'Entrepreneur Organization à Montréal, M. Gagnon a été l’un des plus jeunes chargés de cours à la maîtrise en communication, médias numériques et stratégies de communication avancées au campus de Longueuil de l'Université de Sherbrooke, avant de se joindre à l’ÉTS.

Dans son cours d’initiation à l’entrepreneurship, les étudiants sont conviés à fonder une entreprise en petits groupes à partir d’une page blanche : ils doivent établir un plan d’affaires, démarcher des clients, planifier la vente et le marketing de leur produit et faire une présentation devant des entrepreneurs. «Je souhaite leur transmettre le goût de l’entrepreneuriat tout en leur présentant les bons et les moins bons côtés que ça comporte», affirme celui qui a failli tout perdre il y a sept ans. «Si au moins une des entreprises créées par mes étudiants réussit à poursuivre ses opérations une fois la session terminée, j’aurai accompli ma mission», conclut Dominic Gagnon.

Chantal Crevier

Service des communications

514 396-8800, poste 7893

Toutes les nouvelles