Ingénieur, étudiant en droit et entrepreneur

Quand la gestion de projets mène un diplômé de l’ÉTS à l’entrepreneuriat

7 juillet 2020

Sean Tassé est diplômé du programme de baccalauréat en génie de la construction de l’École depuis 2013. Homme d’action, il est aussi bachelier en droit et entrepreneur. Portrait d’un diplômé qui apprécie ce qu’il fait et adore gérer des projets.

L’appel de l’ÉTS

Dès le début de sa technique en urbanisme au Collège de Rosemont, Sean savait qu’il poursuivrait des études universitaires en génie de la construction à l’ÉTS. Il dit que ses études en ingénierie lui ont permis d’apprendre à gérer le temps et les priorités, à trouver des solutions et à analyser les contraintes dans le respect des normes que sont le temps, la qualité et les budgets. 

Les deux stages rémunérés en entreprise qu’il a effectués au cours de son baccalauréat lui ont non seulement permis de cumuler de solides expériences de travail, mais aussi de garnir son carnet de contacts et de comprendre qu’il était vraiment à sa place en ingénierie.

La COVID-19 change tout

Dans la troisième semaine de mars 2020, rien ne va plus pour Sean : la pandémie a pour conséquences de lui faire perdre son emploi et de devoir finaliser ses études en droit à distance. Il occupe donc son temps à lire sur la COVID-19. Ses nombreuses lectures et recherches sur le sujet l’amènent à deux constats : 1- la reprise ne sera pas pour tout de suite et 2- l’importance du masque contre la contagion. Sean décide de parler de ses recherches à de proches collaborateurs qui sont tout comme lui en pause forcée et qui possèdent aussi la fibre entrepreneuriale.

 

Les quatre propriétaires de Bien Aller : Benoit Thibault, Jordan Owen, Sean Tassé et Mark Owen.

L’entreprise Bien Aller

Les propriétaires et co-fondateurs ont trimé dur, en plein confinement, afin de créer leur entreprise, d’embaucher leur équipe et de mettre sur pied leur chaîne d’approvisionnement. Bien Aller est l’une des premières entreprises québécoises à s’être lancée dans la production de masques. Le site Web de Bien Aller est fonctionnel depuis le 5 avril et ce sont plus de 135 000 masques qui ont été distribués à travers le pays.

L’entreprise a pour mission de fournir des masques plus durables que les masques chirurgicaux traditionnels dans le but de contribuer à protéger sa communauté en offrant une alternative réutilisable permettant de réduire le nombre de masques jetables dans les dépotoirs. Déjà, 19 millions de masques jetables ont été sauvés du gaspillage. Bien Aller redonne aussi à la communauté en offrant de l’argent et des masques à différents organisme. Au total, plus de 20 000 $ ont été offerts depuis la création de l’entreprise. Finalement, Bien Aller participe à l’économie locale en faisant la conception, l’emballage et la distribution de ses masques à partir du Québec. 

La suite? Les propriétaires explorent déjà une nouvelle idée de start-up… dans les domaines de l’immobilier et de la construction. Et foi de Sean Tassé, c’est pour bientôt!

Olivier Audet

Service des communications

514 396-8466

Toutes les nouvelles