Retour sur le cocktail de reconnaissance des donateurs

Dévoilement de trois nouvelles plaques de fonds dédiés

17 juin 2016
Le 8 juin 2016, le Fonds de développement de l’ÉTS a dévoilé trois nouvelles plaques de fonds individuels lors du 5e cocktail annuel de reconnaissance des donateurs.


Le cocktail de reconnaissance est l'occasion de rassembler annuellement nos créateurs de fonds dédiés avec certains membres de la communauté universitaire, du conseil administratif du FDÉTS et du conseil d'administration de l'ÉTS.

Lors des quatre premières éditions, nous avions eu le plaisir d’annoncer la création de fonds dédiés par :
  • Monsieur André Bisson, coordonnateur au FDÉTS
  • Monsieur Rodrigue Biron et madame Liette Dupuis, donateurs privés
  • Monsieur Raymond Brodeur, donateur privé
  • Monsieur François Coallier, professeur à l’ÉTS et ancien directeur du développement et du support technologiques
  • Monsieur Yvon M. Dubois, ancien professeur de l’ÉTS et ancien directeur du FDÉTS
  • Monsieur Roland A. Dugré, premier directeur-général de l’ÉTS, de 1974 à 1983
  • Monsieur Normand Lalonde, directeur actuel du FDÉTS
  • Monsieur Edmond T. Miresco, professeur et ancien directeur de l’administration de l’ÉTS
  • Monsieur Robert L. Papineau, directeur-général de l’ÉTS de 1988 à 2002
  • Monsieur Rocky Roy, diplômé de l’ÉTS 1982 et diplômé Émérite 2010
  • Monsieur Jean Simoneau, diplômé de l’ÉTS 1983
  • Monsieur Alain Soucy, directeur-général de l’ÉTS de 1984 à 1988
  • Monsieur Youssef A. Youssef, professeur de l’ÉTS (retraité)

Nous sommes, cette année, très heureux de vous présenter les trois nouveaux donateurs qui se joignent à la lignée des créateurs de fonds dédiés.


Michel Laurence


Pierre Dumouchel, directeur général de l’ÉTS, Michel Laurence, Normand Lalonde, directeur du Fonds de développement de l’ÉTS, et Sylvain Thériault, président du conseil administratif du Fonds de développement de l'ÉTS.

Michel Laurence est titulaire d’un baccalauréat en génie de l’UQAC et d’une maîtrise en télécommunications de l’INRS. Entré sur le marché du travail en 1973, il travaille principalement dans l’industrie des télécommunications notamment chez Bell et Nortel. En 1988, l’ÉTS l’accueille à titre de professeur au département de génie électrique.

En 1996, il cofonde InnoMediaLogic avec Michel Brûlé, un confrère professeur à l’ÉTS. Les produits électroniques d’IML sont le fruit du travail d’ingénieurs québécois, dont plusieurs diplômés de l’ÉTS. Au plus fort de ses activités, l’entreprise a exporté dans une vingtaine de pays. M. Laurence l’a dirigée jusqu’à sa vente à une société américaine, en l’an 2000.

En 1998, il cofonde la montréalaise Octasic, qu’il a dirigée dès 2001. L’entreprise fabrique des puces électroniques et des appareils de télécommunications sans fil. Ces produits, conçus en grande partie grâce à l’expertise de spécialistes d’ici, sont exportés à travers le monde. Octasic vise à s’imposer comme chef de file mondial dans son secteur.

M. Laurence a généreusement contribué à la première campagne majeure de l’ÉTS (1995-2000). Par son audace et sa générosité, il a marqué, lui aussi, l’histoire de l’ÉTS.


Michel Trottier


Pierre Dumouchel, directeur général de l’ÉTS, Michel Trottier, Normand Lalonde, directeur du Fonds de développement de l’ÉTS, et Sylvain Thériault, président du conseil administratif du Fonds de développement de l'ÉTS.

Michel Trottier amorce sa carrière en 1964 comme enseignant en sciences physiques à la Commission scolaire régionale Lignery créée à la suite des recommandations du Rapport Parent. Le monde de l’éducation est alors en ébullition et les défis sont énormes.

Bientôt nommé coordonnateur des sciences physiques, et appuyé par les enseignants de la matière, il contribue à ce que la commission scolaire obtienne du ministère de l’Éducation l’autorisation d’implanter un programme expérimental d’introduction aux sciences physiques. L’objectif est de rendre ces dernières plus accessibles aux élèves du secondaire. Le programme sera par la suite implanté à l’ensemble des commissions scolaires du Québec.

En 1977, Michel Trottier entre au Conseil de sécurité publique de la Communauté urbaine de Montréal en janvier 1977. Après quinze ans au service des citoyens de l’île de Montréal, il tire sa révérence et profite d’une vie plus tranquille dans le secteur privé et s’occupe pour son compte de gestion immobilière.

C’est pourquoi il appuie de nombreuses causes, notamment dans les domaines de l’éducation et de l’environnement. À l’ÉTS, c’est par l’entremise du professeur Daniel Rousse, responsable du Groupe de recherche industrielle en technologies de l’énergie et en efficacité énergétique (t3e), que M. Trottier a découvert les travaux de recherche en technologies de l’énergie et en efficacité énergétique qu’on y réalise. Les visions des deux hommes se rejoignent à tel point que M. Trottier a généreusement offert son soutien financier au professeur, de même qu’aux étudiants et chercheurs qui forment le groupe.


En marge du cocktail, Michel Trottier a également inauguré une plaque installée sur la porte du laboratoire HélioLAB Michel-Trottier-t3e, accompagné de Pierre-Luc Paradis et Frédéric Coulombe, deux étudiants travaillant sur des recherches du professeur Rousse.


Feu George Léonard

Étudiant à l’ÉTS au début des années 1980, Georges Léonard a obtenu son baccalauréat en technologie de la mécanique en 1983. Il a accédé au titre d’ingénieur en 1991, après avoir réalisé la passerelle vers le baccalauréat en génie mécanique offerte au terme de plusieurs années de revendications de l’ÉTS et de ses diplômés.

Au cours de sa vie professionnelle, Georges Léonard a travaillé chez Bell Helicopter. Fidèle à son alma mater, il a souvent fait appel au Service de l’enseignement coopératif et a accueilli de nombreux étudiants à titre de stagiaires.

En plus d’un généreux don testamentaire à l’ÉTS, Georges Léonard a laissé une somme d’argent destinée à la création d’une fondation éponyme visant à contrer le décrochage scolaire. Ces gestes démontrent l’importance que Georges Léonard accordait à l’accessibilité aux études et à la réussite scolaire. M. Léonard est décédé en 2014.


Reconnaissance des administrateurs sortants

Ce moment privilégié fut également l’opportunité, pour le Fonds de développement, de remercier les membres de son conseil administratif qui terminent leurs mandats.

Ainsi au nom du Fonds de développement et de leurs collègues du C. A., nous remercions pour leur implication M. Yvonick Houde, titulaire d’une maîtrise en génie de la construction 2005, président du Réseau ÉTS de 2009 à 2012 et vice-président ingénierie et associé de HBGC; M. Jean-Luc Fihey, ancien directeur des affaires académiques et des relations avec l’industrie de l’ÉTS; Et M. Frédéric Henri, maître d’enseignement à l’ÉTS.

Le Fonds de développement de l’ÉTS remercie l’ensemble des donateurs et bénévoles qui incarnent notre mission et nous permettent d’appuyer, chaque jour, les étudiants et étudiantes dans leur parcours universitaire.


Le mur compte dorénavant 16 plaques de fonds individuels créés par des diplômés, des professeurs, cadres et directeurs généraux, et par des donateurs privés que la mission de l’ÉTS a su toucher.

Page du cocktail de reconnaissance des donateurs.
Album photo du cocktail de reconnaissance 2016

Pour information

Alexandre Goulet
Coordonnateur, Développement des affaires et relations avec la communauté universitaire
Fonds de développement de l'ÉTS
École de technologie supérieure
514 396-8441


NouvellesFil RSS