Du DEC technique à la recherche en intelligence artificielle : un parcours jalonné de rencontres marquantes pour Antoine Langevin 

Finissant en technologies des systèmes ordinés du cégep Gérald-Godin, Antoine Langevin aurait pu décider, en 2012, d’entrer sur le marché du travail. Il a plutôt choisi de poursuivre ses études en génie électrique à l’ÉTS. Des discussions avec un chargé de cours feront naître chez Antoine une passion pour l’intelligence artificielle. Une passion qui l’amènera éventuellement à faire de la recherche avec Ghyslain Gagnon, puis Mohamed Cheriet, deux chercheurs de l’ÉTS. 

Le hasard fait parfois bien les choses, et Antoine Langevin, aujourd’hui étudiant au doctorat à l’ÉTS, peut en témoigner! Dans son cas, le hasard se nommait Marc-André Carbonneau. Ce chargé de cours, qui était alors étudiant au doctorat, a perçu chez Antoine un intérêt pour la recherche. « Marc-André m’a parlé des travaux de recherche qu’il menait dans le cadre de son doctorat.  L’intelligence artificielle était au cœur de ceux-ci », explique Antoine. 

Fasciné par le sujet et par toutes ses possibilités, Antoine suit les conseils de son chargé de cours et se met à lire sur l’intelligence artificielle (IA).  

Reconnaissant chez Antoine une curiosité et un intérêt pour la recherche, Marc-André le présente alors à son directeur de thèse, Ghyslain Gagnon, professeur-chercheur au Laboratoire de communications et d’intégration de la microélectronique (LACIME). 

«  Déjà, au tout début de son baccalauréat, Antoine appréciait discuter avec Marc-André des éléments de la matière qui l’avaient intéressé. Il réalisait aussi beaucoup de projets personnels dans ses temps libres pour mieux comprendre certains sujets. Il aimait vraiment ce qu'il faisait; il était curieux et passionné, et ça, c'est très intéressant pour des professeurs qui recrutent des étudiants », explique Ghyslain Gagnon. 

Celui-ci l’embauchera pour un stage de recherche au LACIME. Durant ce stage de quatre mois, Antoine aura l’occasion de concevoir un module de communication pour Convectair, l’un des partenaires industriels de l’ÉTS.  « Le stage m’a permis de vivre concrètement ce qu’était la recherche. Il s’agit d’une excellente façon de plonger dans la recherche sans avoir à s’engager à long terme. Tu finis par savoir assez rapidement si c’est pour toi ou non », explique-t-il. 

Visiblement, il était fait pour la recherche! Après son baccalauréat en génie électrique, Antoine poursuivra ses études à la maîtrise au sein des laboratoires LACIME et Synchromédia. Ghyslain Gagnon et Mohamed Cheriet codirigeront alors ses études au doctorat. 

Inscrit depuis un an au passage accéléré maîtrise-doctorat, Antoine travaille actuellement à des recherches portant sur la surveillance non intrusive de la consommation d’énergie à l’aide des techniques d’intelligence artificielle.  Bref, sa passion pour l’intelligence artificielle est loin de se tarir! 

Comme quoi les parcours inspirants sont souvent jalonnés de rencontres marquantes. Et qu’il suffit parfois d’une conversation pour provoquer de grandes étincelles.