Des drones pour que tous puissent se brancher à Internet

Réseau volant : du numérique pour tous

26 novembre 2021
Georges Kaddoum
Georges Kaddoum.

Depuis près de deux ans, nos vies se déroulent largement en ligne : télétravail, télémédecine, congrès virtuels, apéros Zoom… Pour beaucoup de gens, il suffit de quelques clics pour accéder à Internet. Cependant, pour les communautés isolées, on parle d’un parcours du combattant. 

Georges Kaddoum, professeur-chercheur au Département de génie électrique de l’École de technologie supérieure (ÉTS), souhaite connecter ces déserts numériques en s’appuyant sur des drones-antennes équipés de technologies avancées de télécommunications appelés Flying Ad-Hoc Networks (FANET).

Ces engins à hélices, qui ont la taille d’une table de salle à manger et pèsent quelques dizaines de kilogrammes, se déploieraient dans le ciel afin de relayer l’information numérique jusqu’à des endroits difficilement accessibles. « L’idée, c’est de créer une troisième dimension : une station volante où l’utilisateur pourra se connecter », illustre Georges Kaddoum. Les connexions seraient plus rapides puisque le drone volerait seulement à quelques milliers de kilomètres au-dessus de la Terre ; le message parcourrait donc une distance moindre que vers un satellite.

Combien de drones seraient-ils nécessaires pour un village éloigné ? « Globalement, on pourrait en connecter quelques dizaines à une centaine de personnes, en fonction de leurs besoins, de la technologie et des fréquences utilisées », envisage le chercheur.

Chose certaine, il y a des leçons à tirer de la pandémie, de l’avis de Georges Kaddoum : « C’est grâce aux réseaux de télécommunications si notre économie a continué de fonctionner. C’est le temps d’investir et d’être proactif, car on ne sait pas quand la prochaine crise frappera. Ces technologies vont retailler notre futur ; les pays qui auront les meilleures télécommunications gagneront la bataille économique de demain. »

Ce texte est tiré de Québec Science.

À propos de Georges Kaddoum

Georges Kaddoum, professeur au Département de génie électrique, est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la création d'un nouveau cadre pour les prochaines générations de réseaux IdO et de la Chaire de recherche Ultra-TCS sur les communications sans fil tactiques dans les environnements difficiles. Ses travaux portent sur la sécurisation de la couche physique des télécommunications sans fil, l’amélioration de l’efficacité et de la sécurité des réseaux 5G ainsi qu’à l’optimisation de leur consommation énergétique. 
Ses travaux proposent des solutions innovantes sur plusieurs fronts : la gestion de la densité des connexions dans les cellules, l’exploitation optimale du spectre disponible et l’augmentation de l’efficacité spectrale. Ces solutions intégreront des applications potentielles comme l’internet des objets, les communications véhiculaires et les applications de télémédecine. 

Entre 2014 et 2018, la moyenne de citations relatives du professeur Kaddoum était 241 % plus élevée que la moyenne mondiale de son domaine. Il se démarque notamment dans les domaines suivants :  Chaos theory; Fading channels; Differential chaos - Network layers; Jamming; Confidential messages - Energy harvesting; Energy transfer; Powered communication. 

Chantal Crevier

Service des communications et du recrutement étudiant

514 396-8800, poste 7893

Toutes les nouvelles