Gala d’excellence en recherche et en enseignement

Aeponyx : partenaire d’excellence en recherche et en innovation  

18 novembre 2020
gala d'excellence recherche

Afin de souligner la contribution d’Aeponyx pour ses activités de transfert technologique dans le secteur des télécommunications, l’ÉTS est heureuse de lui remettre le prix Partenaire d’excellence en recherche et en innovation. Ce prix aurait dû lui être remis lors du Gala d’excellence en recherche et en enseignement qui se tient traditionnellement au printemps, mais comme on le sait, un virus est venu bousculer nos plans! 

« Les partenariats, comme celui que nous avons établi avec Aeponyx, permettent à la recherche de franchir les portes de l’université et contribuent à créer des innovations. Elles permettent aussi aux universitaires d’adopter une perspective entrepreneuriale et de rester bien branchés sur les besoins industriels », a déclaré Charles Despins, directeur de l’innovation industrielle, qui rappelle au passage que plus de 60 % des mandats de recherche de l’ÉTS sont faits en partenariat avec l’industrie.   

Cette collaboration avec Aeponyx est une histoire de succès qui a contribué à la croissance d’une start-up devenue aujourd’hui une PME solide, qui se spécialise dans le développement et la fabrication de puces semi-conductrices destinées à l’infonuagique.

François Ménard et Philippe Babin.
François Ménard et Philippe Babin.

Tout a commencé par une activité de réseautage. Michaël Ménard, prof à l’UQAM, fait alors la connaissance de François Ménard, l’un des cofondateurs de l’entreprise (les deux ne sont pas parents). Ensemble, ils conviennent de développer un projet à partir d’une technologie brevetée par les professeurs Frédéric Nabki et Michaël Ménard, alors rattachés à l’UQAM. 

Michaël Ménard, UQAM et Frédéric Nabki, ÉTS.
Michaël Ménard, UQAM et Frédéric Nabki, ÉTS.

Cette première collaboration s’avérera si fructueuse qu’elle sera suivie par deux autres. En parallèle, les cofondateurs d’Aeponyx, Philippe Babin et François Ménard, s’inscriront au programme Propulsion du Centech afin de développer leur modèle et leur plan d’affaires.

Sept ans après sa première collaboration avec l’UQAM, l’entreprise a vu ses effectifs passer de 7 à 25 employés.

Aujourd’hui, Aeponyx, l’UQAM et l’ÉTS travaillent à la miniaturisation des dispositifs mécaniques et optiques qui permettent de diriger vers des endroits donnés l’information transmise par les fibres optiques. Cette technologie permettrait éventuellement d’amener l’internet à très haute vitesse en région, tout en réduisant les coûts pour les opérateurs. 

 «  Aeponyx a été pour nous une grande inspiration. Cette collaboration démontre comment une technologie universitaire, pensée pour un tout autre domaine, le biomédical, peut être appliquée à un domaine différent : les télécommunications. En tant que chercheur, je suis toujours épaté par les avancements de nos projets de recherche avec Aeponyx », a tenu à souligner le professeur Nabki. Celui-ci  rappelle que ces projets débouchent parfois sur des premières mondiales dans le domaine des dispositifs de communication.  

 « Nous sommes touchés par cette reconnaissance et, en tant que finissants du Centech, doublement reconnaissants à l’égard de l’ÉTS.  La collaboration universitaire est à la genèse de notre entreprise et nous réalisons des projets avec l’ÉTS depuis plus de cinq ans déjà. Avec elle, nous comptons bâtir le futur », a conclu Philippe Babin. 

Chantal Crevier

Service des communications

514 396-8800, poste 7893

Toutes les nouvelles