Éclipse X à l’American Solar Challenge (ASC) 2018

Un premier podium pour une voiture solaire québécoise!

26 juillet 2018

Il s’en est passé des choses depuis la création de la première voiture Éclipse en 1992. Rappelez-vous, nous n’avions ni Internet ni cellulaire, Barack Obama enseignait le droit à Chicago et on lançait officiellement le concept de développement durable au Sommet de la Terre à Rio.

À la même époque à l’ÉTS, un groupe d’étudiants en génie – formant le premier club étudiant de voiture solaire au Québec – rêvait déjà de faire rouler une voiture solaire. Éclipse I participera à sa première course en 1995, la Sunrayce, ancêtre de l’actuel American Solar Challenge.

Vingt-six ans plus tard, l’équipe d’Éclipse X continue son œuvre de pionnière. Elle a remporté cette année un premier podium, le premier podium québécois, et une confortable 3e position au classement général. Seulement trois autres universités canadiennes – et non les moindres – ont réussi cet exploit depuis 1990 : Queen’s University, University of Waterloo et University of Toronto).

Top 5 de l’ASC 2018

  1. Western Sydney University
  2. University of Michigan
  3. École de technologie supérieure
  4. Polytechnique Montréal
  5. Massachusetts Institute of Technology (MIT)
le club eclipse X de l'ets en route vers l'oregon
Eclipse X en route vers l'Oregon

Réunir les conditions gagnantes
L’équipe d’Éclipse a connu son lot d’épreuves au cours des dernières années. En effet, le changement complet des membres après Éclipse 7 a été lourd de conséquences. Il a fallu presque tout reconstruire, presque tout réinventer, mais le jeu en a valu la chandelle, car les pièges et les erreurs à éviter sont maintenant connus et l’équipe actuelle d’autant plus expérimentée.

Forte de cette expérience, l’équipe d’Éclipse X savait exactement la stratégie à adopter pour améliorer la performance de son prototype : repenser l’aérodynamisme, opter pour une coque et un châssis uniquement en fibre de carbone moulée (beaucoup plus légère que le titane), alléger la suspension et augmenter la fiabilité du système électrique. Tout cela combiné à un changement de règlement bénéfique pour l’équipe. Résultat : Une voiture plus légère, plus rapide et plus robuste ! (voir le clip).

L’American Solar Challenge 2018
Pour commencer : l’inspection technique. Passée haut la main, l’équipe se prépare ensuite pour la course en circuit fermé, une épreuve qui lui donnera des sueurs froides – en plus des sueurs causées par le soleil ardent du Nebraska en juillet. En effet, les trois jours de course sur piste seront assombris par une surchauffe chronique du bloc de piles (battery pack).

Pendant trois jours consécutifs, l’équipe cherche la source du problème, ce qui l’empêche de faire rouler la voiture 50 % du temps. Misant le tout pour le tout, les étudiants poussent la voiture au bout, ce qui révèle enfin le problème : des pièces du bloc de piles desserrées pendant le transport. « L’énergie générée par la résistance des contacts faisait tant de chaleur que notre batterie se transformait littéralement en toaster », raconte Anthony Riendeau, capitaine de l’équipe. Et pendant cet exercice ultime pour trouver le problème, une crevaison cause des dommages importants à la suspension, dans un virage à 90 km/h! Mais grâce à l’expérience du pilote, la voiture est sauvée du pire. Soulagée d’avoir identifié le problème électrique à temps pour la course sur route, l’équipe répare le tout en quelques minutes.

Un trajet sans faute Une fois les pépins réglés, les 3000 km de course sur route se passeront à merveille. Rapidement, Éclipse X a rejoint le peloton de tête et ne l’a plus quitté, ce qui lui a valu la 3e position au classement général de l’American Solar Challenge 2018. Un reportage de KTVZ (Central Oregon News Leader) présente leur témoignage.

Et bientôt l’Australie
À partir d’aujourd’hui, le nouvel objectif de l’équipe est d’atteindre le top 10 mondial au World Solar Challenge (WSC) 2019 en Australie et de se mesurer aux équipes d'élite comme Stanford University, University of Toronto et University of Michigan.

WSC est la plus importante compétition internationale de voitures solaires. Elle réunit une quarantaine d'équipes des quatre coins du monde. Le niveau de compétition et les budgets des équipes sont beaucoup plus élevés. La course de 3000 km de type cross-country relie la ville de Darwin (Northern Territory) à Adelaide (South Australia), en passant par la Stuart Highway qui traverse toute la région du Outback.

La communauté de l’ÉTS est très fière de l’équipe d’Éclipse X. On lui souhaite de tout cœur d’atteindre son objectif en 2019. Une histoire à suivre

Toutes les nouvelles