Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2017  

Chapeau les filles

Six étudiantes de l’ÉTS récompensées

22 juin 2017
Vingt-huit jeunes femmes, dont six étudiantes de l’ÉTS, ont été récompensées le 12 juin dernier lors du gala du concours Chapeau, les filles! et de son volet Excelle science qui a eu lieu à l'Assemblée nationale.  Outre le fait qu’elles ont choisi d’étudier en génie – un domaine traditionnellement masculin qui ne compte que 18 % de femmes – ces six étudiantes ont bien d’autres points en commun : elles n’ont pas froid aux yeux, elles sont audacieuses, ambitieuses et persévérantes. Voici un court portrait de chacune d’elles.

Justine Archand, étudiante en génie de la construction, a remporté le Prix Excelle science ainsi qu’une bourse de 5000 $. « Bricoler a toujours été mon moyen d’expression le plus pur », se rappelle Justine. Enfant, elle fabriquait mille objets avec son père, surintendant de chantier. Au secondaire, elle réalise un pont en bâtons de popsicle qui résiste au test de pression. Sa vocation est née! Fascinée par la structure des bâtiments, elle étudie l’architecture, puis le génie. « Pour construire du beau, du solide et du durable en respectant le budget, il faut marier innovation, imagination et contrôle », énumère la future ingénieure, réputée pour son esprit bien construit. Elle rêve un jour de rénover une maison ancestrale, un projet où l’aide de tous, et surtout de toutes, sera mise à profit. Car selon elle, le meilleur moyen d’initier les filles à la construction, c’est de leur donner un marteau. Cette bricoleuse de génie a tout pour se bâtir un avenir durable.

Lysiane Rivet, étudiante en génie de la construction, a gagné le Prix du ministère de l’Éducation, des Loisirs et de la Science et  ainsi qu’une bourse de 5000 $.  Petite, Lysiane allait sur les chantiers remplir sa brouette d’enfant de matériaux à recycler. Les voisins riaient de la voir patenter ses cabanes. « Ils sourient encore lorsque je débarque de mon camion avec mes bottes de travail et ma ceinture d’outils », raconte-t-elle avec humour. À 23 ans, elle poursuit sa passion de toujours comme entrepreneure générale. Son entreprise, R & M Construction, rénove des résidences des Laurentides pour les adapter aux besoins des familles. Hyper organisée, Lysiane a mené de front sa compagnie et ses études en génie. Avec succès. Pour son stage, elle a bâti une caserne d’ambulances d’un million de dollars sans retards ni dépassements de coûts!

Janick Lavoie, étudiante en génie mécanique,  a remporté le Prix du ministère de l’Éducation, des Loisirs et de la Science ainsi qu’une bourse de 2000 $. « J’adore aider les autres et faire travailler mon esprit pour résoudre des problèmes », déclare Janick. Pour elle, le génie se conjugue avec le partage. Engagée dans un projet d’aide humanitaire avec le PRÉCI, elle ira dès l’automne gérer la construction d’un centre de santé à Madagascar.  La recherche de fonds n’a pas rebuté l’étudiante, prise de passion pour l’international. Janick prévoit se spécialiser en mécanique du bâtiment. Née de parents entrepreneurs, elle pourrait bien un jour se retrouver à la tête d’une firme. Qu’elle devienne employée ou patronne, elle sera là pour inventer des solutions adaptées aux problèmes techniques, ravie de pouvoir améliorer la vie de bien des gens.

De son côté, Marieme Lo, étudiante en génie de la construction, a remporté le Prix CSQ pour la persévérance scolaire. Ce prix était accompagné d’une bourse de 2000 $.   Dans son Sénégal natal, Marieme regardait s’ériger les gratte-ciel en rêvant d’en construire un jour. Elle suivra son plan mais, arrivée ici pour entamer son bac, coup de massue : ses acquis ne sont pas reconnus. Elle recommencera tout. Ces embûches l’inciteront à s’investir dans mille et un projets pour soutenir les femmes attirées par les sciences. Elle échafaude déjà son avenir. Elle collaborera avec Ingénieurs sans frontière dans des pays où l’accès difficile à l’électricité et à l’eau potable freine la scolarisation des filles. Mais l’édification de beaux monuments, elle la garde dans son cartable, « pour la fierté de laisser son empreinte sur terre ».

Laurie Marceau, étudiante en génie de la production automatisée, a mérité le Prix des transports et une bourse de 2000 $. Pour Laurie, mieux vaut savoir écouter qu’étaler ses connaissances. Elle aurait pourtant tout pour épater la galerie! Le Laboratoire de commande et de robotique au sein duquel elle fait son stage a décidé de  prolonger son séjour afin de profiter plus longtemps de sa créativité. Elle se spécialisera en intelligence artificielle pour réaliser un jour son rêve : joindre l’équipe de robotique de l’Agence spatiale canadienne. Mais avant, Munich l’attend pour une session au centre de recherche et d’innovation robotique de BMW. Dans les cartons de Laurie, il y a des villes où les voitures sont autonomes et des trains hypersoniques qui permettront des trajets interurbains ultrarapides. « Il n’y a pas de trop grands rêves, juste des occasions manquées. Je ne manquerai pas les miennes », assure-t-elle.

Savannah Caya-Trottier étudiante en génie de la construction, a obtenu le Prix environnement et une bourse de 2000 $.  Savannah rêve depuis toujours de construire des habitations. Ses études en architecture terminées, elle a compris que la table à dessin ne lui suffirait pas. Il lui fallait en plus les outils d’une ingénieure. Mieux construire pour améliorer l’efficacité énergétique des maisons et réduire les gaz à effets de serre, c’est à cela qu’elle compte s’employer. « La construction est un secteur économique très important au Québec, ce qui en fait un élément-clé dans la lutte contre les changements climatiques », dit l’étudiante, qui a déjà entrepris des démarches pour devenir associée LEED. Elle est fière d’avoir orchestré des visites de bâtiments écologiques et donné à voir aux futurs ingénieurs comment améliorer le bilan carbone du pays.
 Laureates Chapeau les filles ÉTS
Justine Archand, Lysiane Rivet, Janick Lavoie et Savannah Caya-Trottier exposent fièrement leurs trophées lors de la remise des prix qui s'est tenue à l'Assemblée nationale. Sont absentes de la photo : Marieme Lo et Laurie Marceau.
Crédit photo : Brigitte Thériault.

À propos du volet Excelle Science

Le volet Excelle Science du concours Chapeau, les filles! souligne la volonté et le travail des femmes inscrites au baccalauréat dans un programme de sciences et technologies menant à l'exercice d'un métier traditionnellement masculin. Le concours, qui en est à sa 21e édition, est organisé par le ministère de l’Éducation, des Loisirs et de l’Enseignement supérieur.

Pour en savoir plus :
Excelle Science 

Les portraits des lauréates sont tirés du Cahier souvenir du concours Chapeau, les filles!
 


Pour information
Service des communications ÉTS
Chantal Crevier
514 396-8800, poste 7893


NouvellesFil RSS