Open letter by Pierre Dumouchel, Director General of ÉTS

The REM to be a catalyst for the development of ÉTS

Monday, May 7, 2018

In 2017, Montreal was named the world's Best University City, outranking Paris and London. The efforts deployed by Montreal universities to attract both local and foreign students benefit the city as a whole as well as its businesses, and drive R&D and the local economy.

And all this vitality in turn attracts... more students! This must continue for the benefit of the city.

Getting to Montreal can be a difficult task; and once in town, getting around by car or by bus is just as annoying.  On April 17th, Radio-Canada reported that “Time lost in traffic-jams gridlock north of Montreal has doubled over the past four years”. Within Griffintown and in the vicinity of ÉTS campus, the situation is no different.

ÉTS now has nearly 11,000 students, and that number is constantly rising. 48% of its student population lives outside Montreal and more specifically, 21% in the Laval, Laurentians and Lanaudière regions, and 20% in the Montérégie area. A new, efficient, fully automated and electrically powered transport system will be an excellent solution to connect Griffintown to the South and North Shore and to the rest of the public transit network. The Réseau express métropolitain (REM), will be an essential catalyst for the neighbourhood and ÉTS to maintain their growth and development.

As is the case with several other institutions, ÉTS provides many evening and weekend courses, periods when transit service is significantly pared down in municipalities on the outskirts of Montreal. Continuous REM service seven days a week and until late in the evening will enable more students to get to ÉTS at any time and without having to resort to using a car.

Finally, another important consideration—particularly for an engineering school—is that thousands of direct and indirect jobs will be generated during the REM's three-year construction phase.

Young engineers and engineering students will have the opportunity to contribute to the construction of the REM, just as similarly, dozens of ÉTS co-op students and graduates are currently involved in the construction of the new Champlain Bridge.

It is not every day that future engineers are given such an opportunity to acquire skills through a hands-on experience in the field by contributing to a large-scale, innovative project that brings together a wide variety of engineers: mechanical, construction, electrical, software, automation, logistics, and so on.

These young engineers, whether trained at ÉTS or elsewhere, will acquire invaluable skills. Local firms and businesses that subsequently hire them will thus find new employees with significant practical experience.

For all these reasons, we believe the REM will not only improve access to the ÉTS campus but also serve as a major catalyst for its development as well as that of Montreal and Québec.

Pierre Dumouchel
Director General, ÉTS

Pierre Dumouchel

Montréal a remporté le titre de Meilleure ville universitaire en 2017, déclassant Paris et Londres. Les efforts déployés par les établissements universitaires pour attirer des étudiants d’ici et d’ailleurs profitent à l’ensemble de la ville, bénéficient aux entreprises et commerces, et nourrissent la R-D et l’économie locale.

Et tout ce dynamisme attire... d’autres étudiants! Une roue qui doit continuer de tourner à l’avantage de la métropole.

Il est parfois difficile d’accéder à Montréal et de s’y déplacer en voiture et même en autobus, y compris dans Griffintown, autour du campus de l’ÉTS. « Le temps perdu dans les bouchons du soir a doublé en 4 ans au Nord de Montréal », nous révélait Radio-Canada le 17 avril dernier.

Près de 11 000 étudiants fréquentent l’ÉTS, et ce nombre ne cesse d’augmenter. De l’ensemble des étudiants de l’École, 48 % résident à l’extérieur de Montréal, notamment 21 % dans les régions de Laval, Laurentides et Lanaudière et 20 % en Montérégie. Un nouveau système de transport efficace, automatisé et électrique apparaît comme une excellente solution pour relier Griffintown à la Rive-Sud, à la Rive-Nord et au reste du réseau de transport en commun. Le Réseau express métropolitain (REM) permettrait de surcroît au quartier et à l’ÉTS de poursuivre leur croissance.

Par ailleurs, comme dans la plupart des autres établissements, plusieurs cours à l’ÉTS sont donnés le soir et le samedi, des moments où l’offre de transport en commun est très réduite dans certaines municipalités situées en périphérie de Montréal. Un service en continu tous les jours et tard le soir permettra à plus d’étudiants de se rendre à l’ÉTS à tout moment autrement qu’en voiture.

Finalement, autre aspect important pour une école d’ingénieurs : des dizaines de milliers d’emplois directs et indirects seront créés au cours des trois années de construction du REM.

Comme dans tout grand projet de construction, de jeunes ingénieurs et des stagiaires en génie seront appelés à contribuer à sa réalisation. On le voit présentement avec la construction du nouveau pont Champlain : des dizaines de stagiaires et de diplômés de l’ÉTS participent à ce chantier.

Il est rare que l’on offre à de futurs ingénieurs l’occasion d’apprendre directement sur le terrain en contribuant à des projets d’une telle envergure, des projets innovateurs et rassembleurs combinant plusieurs domaines du génie : mécanique, construction, électrique, logiciel, automatisation, logistique, etc.

Ces jeunes ingénieurs, formés à l’ÉTS ou ailleurs, auront acquis une expérience précieuse qui permettra par la suite à leurs employeurs, principalement des entreprises d’ici, d’innover et de se démarquer.

C’est pourquoi nous croyons que le REM favorisera non seulement l’accessibilité au campus de l’ÉTS, mais également son développement et celui de Montréal et du Québec.

Pierre Dumouchel
Directeur général, ÉTS

All the news