Technologies de la santé : pour prévenir, dépister et traiter plus efficacement

Au Québec, comme dans tous les pays industrialisés, les coûts de santé explosent en raison du vieillissement de la population. La recherche dans le domaine des technologies de la santé – ou en génie biomédical – pourrait changer la donne, que ce soit par des innovations qui préviennent les problèmes de santé, les dépistent ou les traitent plus efficacement. Ce sont sur ces enjeux bien concrets, et sur bien d’autres encore, que se penchent les chercheurs en génie biomédical de l’ÉTS.  

Les axes stratégiques de l’ÉTS en technologies de la santé   

À l’ÉTS, la recherche en technologies de la santé et en génie biomédical s’appuie sur un regroupement de plus de 20 professeurs rattachés à quatre départements ainsi que sur sept chaires de recherche. Les professeurs-chercheurs en génie biomédical collaborent étroitement avec des partenaires industriels et des cliniciens. Dans certains cas, la collaboration entre les cliniciens et nos chercheurs est si étroite que leurs laboratoires de recherche se trouvent au sein même des centres hospitaliers de Montréal.

Principaux axes de recherche en technologies de la santé 

  • l’imagerie médicale et l’apprentissage neuronal profond, la neuroimagerie;
  • la réalité virtuelle et augmentée dans le domaine de l’ingénierie de la réadaptation, ainsi que l’entrainement cognitif des athlètes en réalité virtuelle;
  • la reconnaissance de la parole;
  • les biomatériaux;
  • la modélisation des systèmes physiques et biologiques;
  • la simulation chirurgicale;
  • l’aide à la décision et au diagnostic;
  • la conception d’implants orthopédiques;
  • l’ergonomie virtuelle, l’autonomie, la mobilité, les exosquelettes et le biomimétisme;
  • la médecine personnalisée.

Thématiques particulières  

Voici un aperçu des thématiques de recherche qui intéressent plus particulièrement les chercheurs de l’ÉTS :

  • gestion des risques pour la santé et la sécurité au travail;
  • imagerie et modélisation 3D des systèmes musculosquelettiques
  • traumatologie spinale; 
  • conception des prothèses orthopédiques; 
  • détection et surveillance de la maladie d’Alzheimer; 
  • biomatériaux injectables et thérapie cellulaire; 
  • robotique de précision; 
  • robotique de réadaptation; 
  • imagerie médicale et analyse spectrale de la forme et géométrie des données; 
  • intelligence artificielle en imagerie médicale; 
  • imagerie médicale et analyse de formes des structures cérébrales; 
  • analyse de la marche de sujets arthrosiques et modélisation de l’épaule;
  • ergonomie virtuelle et modélisation cinématique musculosquelettique 3D; 
  • analyse d'images médicales d'échographies; 
  • modélisation biomécanique et conception de prothèse orthopédique; 
  • fabrication additive et implants biomédicaux; 
  • navigation et réalité augmentée en cardiologie et en orthopédie et imagerie 3D;
  • biomécanique et outils chirurgicaux; 
  • télésurveillance non obtrusive durant le sommeil; 
  • télémédecine en temps réel pour l'évacuation médicale d'urgence; 
  • médecine personnalisée.

Le génie biomédical au Québec  

En Amérique du Nord, Montréal occupe le sixième rang quant à la concentration des emplois en sciences de la vie et des technologies de la santé. On y retrouve aussi 300 centres de recherche publics et parapublics ainsi que plusieurs centres de recherche de calibre mondial affiliés à trois mégahôpitaux universitaires. La grande région métropolitaine de Montréal regroupe 80 % de tout le secteur des sciences de la vie et des technologies de la santé au Québec.

Au cours des prochaines années, le gouvernement du Québec investira des sommes importantes en recherche afin que la province se classe parmi les cinq plus importants pôles du secteur. Ces sommes visent à attirer davantage d’investisseurs privés et à favoriser l’innovation dans le réseau québécois de la santé.
 

Le secteur montréalais des technologies de la santé
Montréal occupe la 6e place quant à la concentration des emplois en sciences de la vie et des technologies de la santé
On retrouve à Montréal 300 centres de recherche publics et parapublics et plusieurs centres de recherche de calibre mondial affiliés à trois mégahôpitaux universitaires
La grande région métropolitaine de Montréal regroupe 80 % de tout le secteur des sciences de la vie et des technologies de la santé au Québec
Rachid Aissaoui, chercheur au Département de génie de la production automatisée de l'ÉTS, se consacre au développement de technologies visant à établir les causes de l'arthrose et de sa progression
Amoindrir les douleurs des personnes aux prises avec l’arthrose du genou ou de celles qui se déplacent en fauteuil roulant
Rachid Aissaoui : Quand le génie rejoint la recherche clinique

Problème croissant au Canada, l’arthrose du genou coûte en soins de santé plusieurs milliards de dollars. Rachid Aissaoui, professeur-chercheur au Département de génie de la production automatisée, se consacre au développement de technologies visant à établir les causes de la maladie et de sa progression, ainsi qu’à la réadaptation de patients souffrant de certains troubles moteurs.

En savoir plus
Natalia Nuño, professeure spécialisée en biomécanique au Département de génie de la production automatisée de l'ÉTS, cherche à prolonger la vie des prothèses.
Si les implants peuvent augmenter la qualité de vie, l'enjeu est maintenant de prolonger leur durée de vie.
Natalia Nuño : Prolonger la vie des implants grâce à l'impression 3D

Qu’ils soient destinés à un genou ou à une hanche, les implants ont une durée de vie limitée. Les patients étant de plus en plus jeunes, leur remplacement se fait aussi plus fréquent, entraînant leur lot de préoccupations à chaque intervention. Natalia Nuño, professeure spécialisée en biomécanique au Département de génie de la production automatisée, cherche à prolonger la vie des prothèses.

En savoir plus