Infrastructures et milieux bâtis : aider l'industrie de la construction à moderniser ses pratiques

Les chercheurs de l’ÉTS veulent aider l’industrie de la construction à moderniser ses pratiques en y intégrant des technologies de pointe et des processus intelligents. Ils cherchent aussi à assurer la pérennité des ouvrages en concevant des technologies géophysiques qui amélioreront notre connaissance du sol et de ses interactions avec les infrastructures existantes. Et pour y arriver, les chercheurs de l’ÉTS misent sur des pratiques respectueuses de l’environnement.

Les principaux axes de recherche de l’ÉTS en infrastructures et milieux bâtis

Cinq axes stratégiques sont mis à l’avant-plan à l’ÉTS :

  • mettre les technologies de pointe au service des méthodes de construction;
  • développer des processus intelligents en gestion de la construction; 
  • développer des approches et techniques pour améliorer la pérennité des ouvrages existants;
  • contribuer à améliorer la gestion des risques dans des contextes urbain et rural; 
  • participer au développement de villes durables et résilientes. 

Chaire de recherche 

À l’ÉTS, plus de 30 professeurs réalisent des activités de recherche dans le secteur des infrastructures et des milieux bâtis. 
 

Toutes les chaires de recherche de l'ÉTS

Les infrastructures et les milieux bâtis du Québec 

Pour assurer son développement économique, social et culturel, le Québec doit pouvoir compter sur un solide réseau d'équipements et d'infrastructures. C’est la raison pour laquelle le gouvernement investira plus de 90 milliards de dollars sur 10 ans pour améliorer tant l’état des écoles, des hôpitaux et du réseau routier que le transport collectif. Les chercheurs de l’ÉTS comptent jouer un rôle de premier plan dans ce grand projet.  

L'ampleur des travaux à venir en infrastructures et milieux bâtis
Plus de 100 milliards de dollars sur 10 ans seront investis par le gouvernement du Québec dans la réhabilitation des infrastructures (Plan québécois des infrastructures)
La réhabilitation des infrastructures urbaines occupe aujourd'hui 60 % du volume global des constructions nord-américaines (comparé à 25 % dans les années 90)
Le Québec compte quelque 9000 ponts dont 50 % auraient besoin d'être remplacés ou renforcés (selon le professeur Omar Chaallal)
Omar Chaallal, professeur au Département de génie de la construction de l'ÉTS, intervient à titre d'expert en génie-conseil dans les grands projets de réhabilitation.
Comme la détérioration des infrastructures touche tout l'Occident, les projets de réhabilitation ne manquent pas.
Omar Chaallal : Préserver l’ancien avec du nouveau

Près de la moitié du patrimoine bâti du Québec nécessite aujourd'hui d'être rénovée. Omar Chaallal, professeur au Département de génie de la construction, intervient à titre d'expert en génie-conseil dans les grands projets de réhabilitation. Il s'intéresse particulièrement à l'utilisation de matériaux composites.

En savoir plus