Environnement : l'ÉTS préconise une approche multidisciplinaire en recherche

Les chercheurs de l’ÉTS sont à l’avant-garde de la recherche en environnement. Comme ils misent sur une approche multidisciplinaire du génie, les travaux qu’ils dirigent couvrent des sujets très diversifiés. Ils vont de la création de nouvelles méthodes de traitement de l’eau, de l’air et des sols à une meilleure compréhension des changements environnementaux d’origine anthropogénique, en passant par le développement de la ville durable et d’indicateurs de performance visant l’acceptabilité sociale.  

Les groupes de recherche spécialisés en environnement

Chaire de recherche 

  • Chaire de recherche du Canada en caractérisation des sites contaminés

Toutes les chaires de recherche de l'ÉTS

Unités de recherche 

Toutes les unités de recherche de l'ÉTS

La recherche en environnement à l’ÉTS    

Plus d’une douzaine de professeurs dirigent des activités de recherche portant sur le génie de l’environnement. De plus, près de 80 % de leurs travaux sont réalisés en partenariat avec l’industrie, des instances gouvernementales ou des acteurs socioéconomiques. De façon plus particulière, leurs travaux visent à :

  • développer des outils et méthodes de caractérisation et de traitement de problèmes environnementaux;

  • caractériser les impacts des changements globaux environnementaux sur l’atmosphère, l’hydrosphère, la cryosphère et la géosphère, et proposer des solutions d’adaptation novatrices;
  • construire la ville durable;
  • développer des matériaux et des procédés pour diminuer l'impact des activités humaines sur l'environnement.

Le secteur des technologies propres québécois   

Les innovations ayant un impact favorable sur l’environnement sont appelées technologies propres. Au Québec, ce secteur est en émergence :  les entreprises du domaine sont généralement de petite taille et les innovations qu’elles conçoivent sont souvent en phase de commercialisation.  Elles adaptent donc et peaufinent leurs produits afin de répondre à leurs marchés cibles. 

Comme ce domaine est tout nouveau, il y aurait une grande valeur ajoutée dans la conception de plateformes de démonstration visant à valider et à quantifier, dans des conditions réalistes,  les bénéfices environnementaux et économiques de ces technologies.  Les entreprises pourraient ainsi démontrer les capacités de leurs produits à des clients potentiels tandis que les universités pourraient les utiliser pour former leurs étudiants. 

À ce titre, les besoins du secteur de l’environnement en matière de recherche sont tels que des entrepreneurs doivent rapidement élargir leur champ de connaissances. La formation de la relève doit s’appuyer sur un cheminement multidisciplinaire qui lie des notions environnementales aux caractéristiques des secteurs d’application.

La recherche en environnement à l'ÉTS
Plus d'une douzaine de professeurs font de la recherche liée à l'environnement
C'est le pourcentage de la recherche en environnement réalisée en partenariat
Nombre d'unités de recherche liées de près ou de loin à l'environnement
Lyne Woodward, professeure au Département de génie électrique de l'ÉTS, est spécialisée dans l’optimisation en temps réel de systèmes et procédés industriels
L’optimisation en temps réel est l'un des enjeux clés des énergies renouvelables.
Lyne Woodward : La recherche au service des systèmes industriels à énergie renouvelable

Entre un système industriel qui fonctionne simplement et un système optimisé, les différences de coût et de rendement peuvent être significatives. Lyne Woodward, professeure au Département de génie électrique, est spécialisée dans l’optimisation en temps réel de systèmes et procédés industriels. Elle développe des algorithmes complexes à destination notamment du monde des énergies renouvelables.

En savoir plus
Michel Baraër, professeur au Département de génie de la construction de l'ÉTS, étudie les glaciers, la neige et leur vulnérabilité aux changements climatiques
Mieux comprendre l’hydrologie des glaciers et de la neige est essentiel pour gérer les ressources en eau.
Michel Baraër : L'hydrologie des glaciers et de la neige dans les régions tropicales et subarctiques

À l’origine des travaux de Michel Baraër, professeur au Département de génie de la construction, il y a deux passions : les glaciers et la neige, et leur vulnérabilité aux changements climatiques. Ce spécialiste de l’hydrologie alpine et nordique nous entraîne vers des régions tropicales et subarctiques.

En savoir plus