Aérospatiale : les chercheurs de l’ÉTS à l’avant-garde 

Au Québec, l’ÉTS se situe à l’avant-garde de la recherche appliquée en aérospatiale. Dans un marché où la concurrence mondiale est de plus en plus vive et les pressions environnementales de plus en plus fortes, ses chercheurs contribuent sans conteste à confirmer la place de Montréal parmi les principaux centres mondiaux de l’aérospatiale et à créer des solutions technologiques innovantes.

Des collaborations avec les plus grands acteurs de l’aérospatiale

Près de 60 professeurs chercheurs de l’ÉTS dirigent plus de 90 projets en collaboration avec 70 partenaires, notamment les plus grands de l’industrie. Ils collaborent également à des projets de R-D avec le Consortium de recherche et d’innovation en aérospatiale du Québec (CRIAQ), le Consortium en aérospatiale pour la recherche et l’innovation au Canada (CARIC), le Groupement aéronautique de recherche et de développement en environnement (GARDN), et le Regroupement pour le développement de l’avion plus écologique (SA2GE).

Axes de recherche stratégiques en aérospatiale

L’ÉTS privilégie trois axes de recherche :

  • le manufacturier innovant (entreprise numérique, fabrication et matériaux avancés, cellules intelligentes, robotique, composites, alliages, fabrication additive, etc.);
  • l’avionique, le contrôle, les drones et les satellites;
  • la modélisation et la simulation des aéronefs (essais, aérodynamique, dynamique des fluides numériques, conception multidisciplinaire, etc.).

Laboratoires et chaires de recherche

Chaires de recherche

Toutes les chaires de recherche de l’ÉTS

Unités de recherche

Toutes les unités de recherche de l’ÉTS

Équipements et infrastructures de pointe

Les chercheurs bénéficient de laboratoires dotés d’équipements sophistiqués de dernière génération dans le domaine des systèmes embarqués, de la navigation et de l’avionique, incluant :

  • simulateurs de vol;
  • simulateur dynamique à 6 degrés de liberté (6-DOF);
  • système autonome de vol;
  • soufflerie subsonique;
  • drones;
  • banc d’essai volant;
  • systèmes FMS (systèmes de gestion de vols) identiques à ceux utilisés dans les avions;
  • logiciels spécialisés;
  • système d’enregistrement mobile autonome pour tous types de protocole de données avioniques encodées.

Ces équipements de pointe permettent tant aux chercheurs et aux étudiants de 2e et 3e cycles qu’aux partenaires industriels de l’ÉTS de mener des tests et des expérimentations, de vérifier les performances en laboratoire et de simuler diverses missions et scénarios.

L’aérospatiale 4.0

Le regroupement AÉROÉTS promeut et intègre l’ensemble des activités d’enseignement et de recherche en aérospatiale de l’ÉTS. En collaboration avec d’autres établissements universitaires et des centres de recherche, il a mis sur pied L’Aérospatiale 4.0, un programme intégré de recherche et d’enseignement.

Prenant les devants de la croissance à prévoir au cours des prochaines années en robotique, simulation des aéronefs et autres technologies liées à l’industrie 4.0, ce programme mène des projets de R-D portant sur les technologies touchant le secteur aérospatial. 

Principaux axes de recherche d'AéroÉTS :

  • robotique et fabrication additive;
  • systèmes intelligents de fabrication;
  • simulation et optimisation multidisciplinaire de l’usine;
  • conception et la simulation du produit en développement;
  • chaîne d’approvisionnement intelligente et logistique (gestion du cycle de vie du produit);
  • systèmes avancés de maintenance prédictive.

Les chercheurs apportent leur expertise à la conception de technologies stratégiques dans tous ces domaines :

  • systèmes plus électriques et plus intelligents;
  • compétitivité en fabrication;
  • entretien, réparation, révision et optimisation en fin de vie des appareils;
  • configurations avancées;
  • optimisation multidisciplinaire de la conception;
  • gestion de l’énergie et les carburants alternatifs;
  • systèmes fortement intégrés et l’avionique modulaire intégrée;
  • systèmes de pointe de gestion du trafic aérien.
L’industrie aérospatiale au Québec 
40 000 emplois, dont 13 000 ingénieurs
et scientifiques
50 % de l’activité aérospatiale canadienne
70 % des dépenses de R-D en aérospatiale
du Canada
René Jr. Landry, professeur au Département de génie électrique de l'ÉT, fait de la recherche en aérospatiale, plus particulièrement du côté des systèmes embarqués
Avec les systèmes embarqués, le défi est toujours de faire plus avec moins
René Jr. Landry et les systèmes embarqués

Le domaine du transport fait grand usage des systèmes embarqués, ces systèmes électroniques et logiciels autonomes qui utilisent des ressources limitées en mobilité. Pour répondre à des besoins croissants, l’ÉTS offre une concentration dédiée aux systèmes embarqués pour l’aérospatiale. À sa tête, René Jr. Landry, professeur au Département de génie électrique.

En savoir plus
Les travaux de Ruxandra Botez, chercheure à l'ÉTS, sont considérés comme des des réalisations de premier plan dans l’industrie aérospatiale canadienne
Et si on concevait une aile d'avion déformable pour réduire la consommation de carburant?
Ruxandra Botez : l'excellence de l'aéronautique à l'ÉTS

La professeure Ruxandra Botez a apporté, depuis le début de sa carrière, d’importantes contributions aux domaines de la conception, modélisation et simulation d’aéronefs, tant sur le plan théorique que pratique. Considérés comme des réalisations de premier plan dans l’industrie aérospatiale canadienne, ses travaux lui ont valu de nombreux prix et distinctions. Sous sa supervision, ses étudiants ont obtenu une vingtaine de récompenses.

En savoir plus