Jérémy Webb a été séduit par le côté novateur de l’ÉTS

C’est à l’école secondaire, lorsqu’il a participé pour la première fois à la journée portes ouvertes de l’ÉTS, que Jérémy Webb, maintenant étudiant en génie de la production automatisée, a eu un coup de cœur pour l’École.  À un point tel que cette activité de l’ÉTS est devenue pour lui un incontournable. « J’ai tout de suite aimé le côté flamboyant et novateur de l’ÉTS. Les installations et le design des lieux m’ont inspiré. »

Les prototypes et les robots qui se trouvaient dans la cafétéria ont aussi piqué sa curiosité, affirme l’ancien capitaine de l’équipe de robotique du Collège Montmorency.

L’ÉTS reconnaît les acquis des titulaires d’un DEC technique

Jérémy a choisi l’ÉTS entre autres parce qu'elle reconnaissait les acquis de sa technique en électronique industrielle et que l’enseignement appliqué du génie qu'on y privilégie lui plaisait déjà pendant ses études collégiales.

Des stages et du soutien pour préparer les étudiants au marché du travail

Jérémy ajoute que le système coopératif et la formation en recherche d'emploi lui ont donné des trucs pour se démarquer sur le marché du travail. « Les trois stages obligatoires te permettent d'apprendre ton métier d'une façon beaucoup plus intéressante et concrète que dans les livres. De plus, dans les cours, nous avons autant d’heures de travaux pratiques que théoriques; ça aussi, ça te prépare bien au marché du travail. »

Centech : pour lancer une entreprise

Et comme l’ÉTS encourage beaucoup l’entrepreneuriat chez ses étudiants, Jérémy a profité des possibilités qui lui étaient offertes et s'est joint à un ami qui a lancé une start-up. En effet, Centech, l’incubateur d’entreprises technologiques de l’ÉTS, les appuie dans la création d’un dispositif remplissant automatiquement les seringues pour l’Hôpital Sainte-Justine.

Aujourd’hui, Jérémy met son leadership au profit de Robotique CRC, un événement auquel il participait alors qu’il était au secondaire et au collégial. En devenant l’organisateur de cette compétition annuelle de trois jours, Jérémy redonne au suivant afin de partager sa passion pour le génie.