Le génie : une discipline qui permet de concilier son esprit cartésien et son envie d’aider les autres

Jade Doucet Martineau réalisait son DEC en sciences de la nature au Collège Jean-de-Brébeuf, lorsqu’elle a réalisé que l’ingénierie lui permettrait de concilier son esprit cartésien et son envie d’aider les autres.

Et elle n’a pas attendu longtemps pour lancer un projet qui lui permettrait de venir en aide à ceux qui en ont besoin! Devenue jeune entrepreneure grâce au Centech, l’incubateur de l’ÉTS, elle démarre actuellement sa start-up dans le domaine biomédical. Elle compte concevoir une pompe qui aidera les personnes aux prises avec une insuffisance cardiaque.

« Nous avons parlé de notre projet à Luc Giguère, qui donne le cours d’introduction à l’entrepreneuriat à l’ÉTS. Celui-ci nous a présentés à un mentor du Centech qui, depuis, nous épaule et nous encadre dans les diverses étapes du processus entrepreneurial », explique Jade.

Le projet de Jade avance à vitesse grand V. Non seulement sa demande de brevet provisoire a été déposée, mais sa pompe pour le cœur a retenu l’attention du Centech : elle fera partie de la prochaine cohorte spécialisée du programme Accélération MEDTECH.

 « Plus de 80 projets ont été déposés par des équipes hautement qualifiées, en provenance de disciplines et de pays diversifiés. Parmi les 80 projets reçus, seulement une dizaine d’entreprises ont été sélectionnées. Nous sommes très fiers d’en faire partie », explique Jade.

Grâce à ce programme, Jade profitera des conseils et de l’accompagnement d’un mentor, Steve Arless. Cet entrepreneur et chef de file de l'industrie de la technologie biomédicale au Canada est aussi spécialisé en dispositifs traitant les maladies cardiovasculaires.

Encourager les filles à étudier en génie

En tant qu’ambassadrice de l’ÉTS, Jade visite des cégeps afin de partager son expérience de l’ÉTS avec d’autres jeunes. Lors de ces visites, des jeunes filles se disent souvent préoccupées par leur faible représentativité en génie.

Jade leur répond alors qu’à l’image de ce qui se passe dans plusieurs autres anciennes chasses gardées, telle que la médecine spécialisée, il y aura bientôt autant de filles que de garçons en génie.

Pour que cela arrive, il faut cependant faire partie de ces filles avant-gardistes qui relèvent le défi de changer les préjugés, les premières à faire le saut vers cette égalité; il faut être de celles qui aiment surmonter des défis, de celles qui osent perturber le statu quo.

Le projet Découverte et la promotion de la persévérance scolaire à l’école primaire

Jade est coordonnatrice du projet Découverte, qui consiste à jumeler des étudiants de l'ÉTS à des élèves d’une école primaire de la Petite-Bourgogne, tout près de l'ÉTS. Ce projet vise à promouvoir la persévérance scolaire.

« Nous animons des ateliers et des expériences scientifiques pour encourager les jeunes à poursuivre leurs études et leurs rêves, quels qu’ils soient. Lorsqu’on voit la petite étincelle s’allumer dans leurs yeux et qu’ils demandent de faire d’autres activités scientifiques, on ressent une grande satisfaction », affirme Jade.

La vie de quartier est vraiment chouette

Entre ses études, son travail et son engagement parascolaire, celle qui habite tout près de l’École adore sa vie dans Griffintown : « L’ÉTS est tellement bien située. Tu es près de tout :  il y a le métro juste à côté qui peut t’amener n’importe où. Il y a une pharmacie, un gymnase, une banque et une épicerie à deux pas de l’ÉTS. Ce n’est pas un quartier dangereux, je me sens en sécurité.

Et puis, grâce à ses petits cafés et à ses restos, la vie de quartier est vraiment chouette! »