Entre la médecine et le génie, Dulce a choisi le génie des technologies de l’information

Dulce Cayetano, qui étudie actuellement au baccalauréat en génie des technologies de l’information, est titulaire d’un DEC en sciences de la nature, profil santé, qu’elle a obtenu du cégep du Vieux-Montréal. Celle qui croyait se diriger en médecine a plutôt choisi un programme de génie. Et pas n’importe lequel : celui de l’ÉTS.

Lors de ses études collégiales, Dulce s’est aperçue qu’elle n’aimait pas beaucoup les sciences santé. « Je voulais aller en médecine, car j'ai toujours aimé les sciences. Je me suis rendu compte que j'adorais la chimie, mais beaucoup plus la physique et les mathématiques. C’est là que j'ai fait mon choix :  je vais aller en génie et non pas en médecine », explique Dulce.

Attirée par l’esprit collaboratif et le dynamisme des clubs étudiants de l’ÉTS

C’est un ami, étudiant à l’ÉTS, qui lui a parlé de l’École pour la première fois. L’esprit collaboratif et le dynamisme des clubs étudiants a séduit Dulce : « À la journée portes ouvertes, je me suis dit que c'était ici que je voulais étudier. Les membres des clubs étudiants faisaient des démos. Il y avait des prototypes de robots. Les membres discutaient avec passion de leurs projets et des compétitions auxquelles ils participaient. Ces étudiants appliquaient les connaissances acquises en classe sur un projet de grande envergure, ce qui leur permettait de pousser plus loin leurs connaissances. »

Les professeurs en TI de l’ÉTS sont à la fine pointe des
connaissances

Comme Dulce est titulaire d’un DEC préuniversitaire, elle a dû faire une année préparatoire à l’ÉTS, appelée Cheminement universitaire en technologie. C’est à ce moment que Dulce a choisi le génie des technologies de l’information.

« Ce que j'aime particulièrement de mon programme, c’est l’ouverture d'esprit et l’engagement de mes professeurs envers les étudiants. Par exemple, Éric Boivin, mon professeur de Technologies de développement Internet, adapte son cours à chaque trimestre afin de nous enseigner ce qu’il y a de plus récent en matière de conception d’applications Web. Nos professeurs ont plusieurs années d’expérience dans l'industrie et ils lèvent le voile sur la réalité de notre secteur. »

Les clubs étudiants : pour pousser plus loin ses connaissances

Dulce a lancé le club Infranets pour aider les étudiants à mieux comprendre la réseautique : « Une des compétitions auxquelles on participe consiste à construire des infrastructures réseautiques assez fortes… Pour résister au hacking des professeurs. »

Elle ajoute : « C’est stimulant de faire partie des clubs étudiants, car les entreprises viennent voir nos projets. Elles peuvent même, dans certains cas, nous motiver à pousser nos idées en nous offrant des équipements ou des commandites. »

Dulce apprécie également l’ÉTS pour son dynamisme et son accessibilité au centre-ville. Beaucoup de grandes entreprises en informatique sont situées tout près. Ça aussi c'est stimulant!