Les stagiaires de l’ÉTS : un investissement qui rapporte

Chaque année, Knightsbridge accueille des stagiaires de l’ÉTS. « Notre but premier, en intégrant ces jeunes dans nos équipes, c’est d’avoir accès à leurs connaissances techniques, de voir la direction qu’ils prennent, la logique sur laquelle ils se basent, leur approche », explique Éric Daoust, directeur de la construction de cette jeune entreprise montréalaise spécialisée dans la construction d’habitations écologiques, et qui est devenue chef de file en développement durable au Québec.

« C’est un investissement qui rapporte, pour nous qui sommes sur le terrain depuis longtemps. Chez Knighstbridge, nous cherchons à atteindre la plus haute qualité en matière de construction et de durabilité, en intégrant les nouvelles technologies et des produits qui viennent améliorer les techniques de construction multirésidentielle. Ces stagiaires arrivent ici avec des connaissances multiples, notamment en matière de réduction de l’empreinte écologique et d’amélioration de la performance énergétique, et une audace et une curiosité sans limites. Ils contribuent grandement au succès de l’entreprise.

Le transfert des connaissances se fait dans les deux sens, deux mentalités se rencontrent : les jeunes vont apprendre comment fonctionne un chantier, les “anciens” vont mettre leurs connaissances techniques à jour. Seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin : c’est notre leitmotiv ! »

Les stagiaires de l’ÉTS ont déjà acquis une expérience terrain

Patrick Lemay est chef surintendant chez Knightsbridge, et responsable de l’accueil et de l’encadrement des stagiaires. « Les stagiaires de l’ÉTS possèdent en général une expérience terrain et non seulement théorique, en raison du diplôme technique qu’ils ont obtenu avant d’entrer en génie. Ils arrivent souvent ici en sachant déjà lire des plans, ils connaissent les concepts. C’est un véritable avantage concurrentiel de l’ÉTS. Il nous appartient de les guider, de leur montrer comment faire, comment fonctionne un chantier. Je suis en quelque sorte leur coach ».   

« C’est simple. Knightsbridge nourrit le rêve de réinventer l’industrie de la construction, un milieu très archaïque, surtout quant aux processus. Et pour nous y aider, chaque année, nous accueillons des stagiaires de l’ÉTS… qui souvent finissent par se joindre à notre belle équipe ! », conclut Éric Daoust.