Résistance des gants de protection contre les agresseurs mécaniques multiples


  Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Dans une première étape, les phénomènes associés à la coupure et à la perforation ont été étudiés de manière séparée. Les recherches ont révélé entre autres que la plus grande partie de l'énergie dépensée pour une coupure par glissement est absorbée par la friction entre la lame et le matériau. Cette contribution de la friction se divise elle-même en deux composants, l'un dû au frottement des surfaces latérales de la lame avec le matériau coupé et l'autre relié à la friction au niveau du bord tranchant. Ces deux contributions de la friction ont des effets opposés sur la résistance à la coupure. Un modèle reliant la force de friction à la charge normale appliquée a été établi. En ce qui concerne la perforation, il a été démontré pour les membranes en caoutchouc qu'elle est gouvernée par le taux de déformation maximal du matériau, qui est un paramètre intrinsèque de celui-ci. De bonnes corrélations ont été obtenues entre les données expérimentales de perforation et un modèle établi à partir du formalisme de Mooney.

Les résultats de ces travaux ont fait l'objet d'un rapport publié par l'IRSST, de cinq articles dans des revues scientifiques internationales, de deux articles dans des comptes-rendus de conférences, et de deux présentations dans des conférences internationales. Les résultats sur la coupure sont intégrés dans le mémoire de thèse du Dr. B.N. Vu Thi. Ces travaux ont été réalisés en collaboration avec le champ Équipements de protection de l'IRSST. Dans une deuxième étape, il est proposé d'étudier une configuration combinant la coupure et la perforation, soit l'action de pointes coupantes telles que les pointes de couteaux et les échardes de métal.